Focus sur La Revue Dessinée

entretiens_icon

Lancée à l’automne 2013, La Revue Dessinée(1)www.larevuedessinee.fr (disponible en librairie et sur abonnement) est un trimestriel d’information en bande dessinée qui traite de sujets variés, allant de la culture à la politique, en passant par l’environnement, la musique ou l’informatique, en une quinzaine de bandes dessinées. Eclectique en styles graphiques comme en thèmes, elle propose une nouvelle façon d’aborder l’information. Marieke Mille a rencontré Sylvain Ricard, rédacteur en chef adjoint, pour découvrir le mode de fonctionnement de cette revue atypique.

Marieke Mille : Comment est née La Revue Dessinée ?

Sylvain Ricard : Ce projet a vu le jour sous l’impulsion de quatre auteurs de bande dessinée – Frank Bourgeron(2)Franck Bourgeron a décidé de lancer La Revue Dessinée en septembre 2011, il en est le rédacteur en chef. Il est auteur de bande dessinée depuis 2004 et a publié : Extrême Orient (Vents d’Ouest, 2004-2005), Aziyadé (Futuropolis, 2007), La Sainte Trinité (Futuropolis, 2008), L’Obéissance (d’après François Sureau, Futuropolis, 2009), Stalingrad Khronika (avec Sylvain Ricard, Dupuis, « Aire Libre», 2011-2013)., Kris(3)Kris est scénariste d’une vingtaine de bandes dessinées dont Un homme est mort (Futuropolis, 2006) avec Etienne Davodeau (prix France Info de la meilleure BD de reportage en 2007) et la série Notre Mère la Guerre (avec Maël, Futuropolis, 2009-2012), bientôt adaptée au cinéma par Olivier Marchal., Olivier Jouvray(4)Graphiste, webdesigner, scénariste de BD, Olivier Jouvray a créé sa première bande dessinée animée interactive en 1999 (Prix Wanadoo et sélection au Festival international du film d’animation d’Annecy). Il est également professeur de bande dessinée et de livre numérique à l’école de dessin Emile Cohl à Lyon. et moi-même –, d’une romancière – Virginie Ollagnier(5)Son premier roman, Toutes ces vies qu’on abandonne (Liana Levi, 2007), a été salué par douze prix littéraires. Elle a publié L’Incertain en 2008 et Rouge argile en 2011. Avec Olivier Jouvray, elle a coscénarisé la trilogie Kia Ora (Vents d’Ouest, 2007-2009). –, et d’un journaliste – David Servenay(6)David Servenay est journaliste, enquêteur indépendant. Il a usé les ondes et le web d’OWNI, de Rue89 et de Radio France Internationale. Il a coécrit trois livres : La Fédé : comment les socialistes ont perdu le Nord (avec Benoît Collombat, Le Seuil, 2012), Au nom de la France, Guerres secrètes au Rwanda (avec Benoît Collombat, La Découverte, 2014) et Histoire secrète du patronat de 1945 à nos jours (avec Benoît Collombat, La Découverte, 2014).. Nous étions d’accord sur le fait que les métiers que nous exercions prenaient une tournure qui ne nous convenait plus : travailler un an pour un livre qui reste peu de temps en librairie nous frustrait. Nous avions également envie de combiner bande dessinée et information. Notre génération ayant grandi avec Pilote, Métal Hurlant et d’autres revues de ce type, c’est assez naturellement que nous avons décidé de nous lancer.

 

MM : Quel public visez-vous ?

SR : Nous ciblons les lecteurs de 20 à 70 ans qui ont une culture en bande dessinée, curieux du monde qui les entoure et qui souhaitent trouver des informations sur des sujets variés. L’approche de l’information par la bande dessinée peut être également intéressante pour les adolescents. J’ai noté, avec la pratique, que la bande dessinée aide les jeunes à se mettre à lire.

 

MM : Pourquoi avoir choisi de faire une version papier en sus d’une offre sur iPad en cette époque où il est beaucoup question de numérique ?

SR : Au début, nous souhaitions faire une revue exclusivement numérique mais il nous est rapidement apparu que notre business plan n’était pas viable avec une offre seulement sous cette forme. Comme certains d’entre nous étaient attachés au papier, nous avons donc choisi de lancer une revue imprimée, tout en proposant une déclinaison numérique. Pour beaucoup de lecteurs qui sont équipés de tablettes, acheter la version numérique à 3,59 € peut être un moyen de découvrir la revue et d’investir par la suite dans la version imprimée à 15 € s’ils sont convaincus et souhaitent la conserver. Un lien existe cependant entre les deux versions, puisque le format de la revue correspond à la taille d’un iPad et les planches à celle de l’écran. Ces dimensions nous permettent ainsi, lors de l’adaptation numérique, de ne pas trahir le travail des dessinateurs qui conçoivent les planches dans leur ensemble − même si cette volonté trouve ses limites lorsqu’ils composent des doubles planches.

revue_dessinee_couv

Sylvain Ricard

Né en 1969, il a d’abord exercé dans le domaine de la génétique humaine pendant près de vingt ans, avant de se consacrer à plein temps à  l’écriture de scénarios de bande dessinée. Après avoir publié une trentaine d’albums, il a rejoint l’équipe de La Revue Dessinée, à laquelle il se  consacre aujourd’hui à plein temps.

quote-02-02-02Le fil conducteur de La Revue Dessinée tient dans sa ligne éditoriale : donner au lecteur des informations pour mieux comprendre la société dans laquelle il vit.

 

MM : Comment sont élaborées les bandes dessinées qui paraissent dans la revue ?

SR : Nous avons commencé avec un gros réseau d’auteurs et de journalistes que nous avons pu solliciter lors du lancement. Aujourd’hui, nous recevons de plus en plus de propositions mais nous n’hésitons pas à soumettre aux auteurs des sujets qui nous semblent pertinents. Une fois par trimestre, le comité de rédaction se réunit pour définir les thématiques auxquelles nous attribuons une pagination moyenne, tout en laissant une marge de discussion avec l’auteur. La rubrique « En savoir +(7) La rubrique « En savoir + » se présente sous forme d’une double page, à la fin de certains articles, proposant des encarts, des schémas, des liens vers des ouvrages ou des films sur le sujet qui vient d’être évoqué dans la bande dessinée. (ndlr) » peut être alimentée par les auteurs ou la rédaction. Cette rubrique doit contenir des éléments complémentaires aux articles et non pas des informations nécessaires à la compréhension de la bande dessinée.

  sommaire-revue-dessinee  

MM : Dans cette diversité de thèmes et de traitements, comment assurez-vous la cohérence d’un numéro ?

SR : Nous travaillons pour l’instant beaucoup en flux tendu, mais nous préparons le chemin de fer(8)Le chemin de fer est une représentation page par page de la revue pour préfigurer sa conception et définir les emplacements des différents sujets. très en amont, afin de répartir les sujets entre documentaires, enquêtes, reportages, témoignages… tout en équilibrant les traitements graphiques entre le noir et blanc, la couleur, et les différents styles des illustrateurs. Le fil conducteur de La Revue Dessinée tient dans sa ligne éditoriale : donner au lecteur des informations pour mieux comprendre la société dans laquelle il vit.

 

MM : Proposez-vous des prépublications ?

SR : Certains auteurs qui créent une bande dessinée de trente ou quarante pages estiment avoir davantage d’éléments sur le thème et soumettent alors des versions plus denses aux éditeurs. Je préfère dans ce cas, utiliser le terme « postpublication ». Il nous arrive cependant également de faire de la prépublication, comme dans le numéro 5, dans lequel nous publions une bande dessinée de Benoît Collombat et Etienne Davodeau. Nous avons d’abord mis les auteurs en relation. Comme le sujet leur a semblé intéressant, ils l’ont présenté à un éditeur. Nous faisons donc paraître des extraits de leur bande dessinée. Ce sont nos très bons rapports avec les éditeurs qui nous permettent de procéder ainsi.

quote-02-02-02L’approche de l’information par la bande dessinée peut être également intéressante pour les adolescents. J’ai noté, avec la pratique, que la bande dessinée aide les jeunes à se mettre à lire.

 

MM : Le site internet offre des contenus supplémentaires, souhaitez-vous en faire une plateforme collaborative ?

SR : Effectivement, le site contient des renseignements complémentaires aux sujets traités dans la revue. Nous relayons également certaines informations, comme nous l’avions fait dans le cadre de notre partenariat avec France Info, qui mettait en images des reportages radiophoniques. Il nous permet aussi de valoriser du contenu journalistique en ligne gratuit pour les lecteurs. Les utilisateurs peuvent laisser des commentaires, en ce sens, on peut dire qu’il est collaboratif, mais ce n’est pas sa visée première.

 

MM : Un an après le lancement, quel bilan tirez-vous ?

SR : Nous recevons de très bons avis de lecteurs, les abonnements progressent tous les trimestres, de nombreux éditeurs nous ont contactés pour envisager des partenariats, donc le retour qualitatif est très positif. Quantitativement, nous souhaitons développer davantage notre lectorat, mais la publication est encore jeune et il lui reste à gagner en notoriété.

couv-revue-dessinee-5
Propos recueillis par et mis en forme par Marieke Mille. Article paru dans la revue Lecture Jeune n° 151 (septembre 2014).

References   [ + ]

1. www.larevuedessinee.fr
2. Franck Bourgeron a décidé de lancer La Revue Dessinée en septembre 2011, il en est le rédacteur en chef. Il est auteur de bande dessinée depuis 2004 et a publié : Extrême Orient (Vents d’Ouest, 2004-2005), Aziyadé (Futuropolis, 2007), La Sainte Trinité (Futuropolis, 2008), L’Obéissance (d’après François Sureau, Futuropolis, 2009), Stalingrad Khronika (avec Sylvain Ricard, Dupuis, « Aire Libre», 2011-2013).
3. Kris est scénariste d’une vingtaine de bandes dessinées dont Un homme est mort (Futuropolis, 2006) avec Etienne Davodeau (prix France Info de la meilleure BD de reportage en 2007) et la série Notre Mère la Guerre (avec Maël, Futuropolis, 2009-2012), bientôt adaptée au cinéma par Olivier Marchal.
4. Graphiste, webdesigner, scénariste de BD, Olivier Jouvray a créé sa première bande dessinée animée interactive en 1999 (Prix Wanadoo et sélection au Festival international du film d’animation d’Annecy). Il est également professeur de bande dessinée et de livre numérique à l’école de dessin Emile Cohl à Lyon.
5. Son premier roman, Toutes ces vies qu’on abandonne (Liana Levi, 2007), a été salué par douze prix littéraires. Elle a publié L’Incertain en 2008 et Rouge argile en 2011. Avec Olivier Jouvray, elle a coscénarisé la trilogie Kia Ora (Vents d’Ouest, 2007-2009).
6. David Servenay est journaliste, enquêteur indépendant. Il a usé les ondes et le web d’OWNI, de Rue89 et de Radio France Internationale. Il a coécrit trois livres : La Fédé : comment les socialistes ont perdu le Nord (avec Benoît Collombat, Le Seuil, 2012), Au nom de la France, Guerres secrètes au Rwanda (avec Benoît Collombat, La Découverte, 2014) et Histoire secrète du patronat de 1945 à nos jours (avec Benoît Collombat, La Découverte, 2014).
7. La rubrique « En savoir + » se présente sous forme d’une double page, à la fin de certains articles, proposant des encarts, des schémas, des liens vers des ouvrages ou des films sur le sujet qui vient d’être évoqué dans la bande dessinée. (ndlr
8. Le chemin de fer est une représentation page par page de la revue pour préfigurer sa conception et définir les emplacements des différents sujets.

This site is protected by wp-copyrightpro.com