Focus sur U4

Le résultat d’une étonnante aventure littéraire et éditoriale (Syros/Nathan) sort aujourd’hui en librairie : quatre romans pour adolescents et jeunes adultes, écrits par de célèbres auteurs (Yves Grevet, Vincent Villeminot, Florence Hinckel et Carole Trébor) autour d’une intrigue commune. Le résumé détaillé et les analyses des quatre titres par les membres de nos comités de lecture paraîtront dans le prochain numéro de la revue Lecture Jeune (n°155).

CV Yannis U4 CV Stephane U4 CV Koridwen U4 CV Jules_U4

 

  

La genèse du projet

Les salons du livre permettent aux lecteurs de rencontrer leurs écrivains favoris. Ils sont aussi l’occasion pour ces derniers de se retrouver entre eux… En 2013, les quatre auteurs d’U4 ont discuté dans le train de leur désir de « mettre du commun dans la création ». Au cours de rencontres successives, ils ont par la suite peu à peu élaboré leur projet.

Chacun évoluant dans un univers distinct, il valait mieux faire table rase et construire sur les ruines. Rien de mieux dans ce cas qu’imaginer un virus meurtrier et foudroyant (le U4 du titre) qui n’épargne que les adolescents de 15 à 18 ans. Ce point de départ saisissant leur permettait, dans une atmosphère de thriller, de concevoir ensemble un monde nouveau, mais aussi de parler de survie, de deuil, de résilience, de politique et de morale : où se situe la frontière entre bien et mal quand tout n’est plus que chaos et violence ?

L’organisation des récits et quelques contraintes étaient nécessaires pour garantir l’homogénéité des différents volumes. Tout devait ainsi être écrit au présent et à la première personne, se dérouler entre le 1er  novembre et le 24 décembre ; le nombre de pages fixé pour chaque tome serait le même. Le respect d’un même rythme soutenu, était également indispensable pour concrétiser l’atmosphère d’urgence et de stress dans laquelle se déroule ce sombre et violent récit.

Chaque auteur mettrait en scène, dans un tome, la voix d’un héros adolescent qui deviendrait un personnage secondaire dans les trois autres volumes. La structure serait toujours la même dans chaque livre : les héros vivraient seuls l’aventure pendant le premier tiers du récit, se rencontreraient deux à deux dans le deuxième tiers avant de tous être réunis dans la dernière partie.

Pour compliquer un peu les choses, les auteurs avaient aussi pris la décision de créer un héros du sexe opposé au leur. Chacun a écrit pour les autres auteurs et les éditeurs quelques pages du journal intime de son personnage et se l’est tellement approprié qu’il en parlait à la première personne !

Les romans peuvent se lire indépendamment et dans n’importe quel ordre. Mais ils s’enrichissent mutuellement des univers singuliers de leurs auteurs et se répondent, ce qui constitue un des principaux intérêts de ce projet. Les évènements, appréhendés selon plusieurs points de vue, et les personnages gagnent en profondeur et en nuance. Stéphane, par exemple (c’est une fille !) semble fort antipathique quand on la voit à travers les yeux de Jules, mais le lecteur la comprend beaucoup mieux en suivant son parcours chez Vincent Villeminot.

   

Comment l’écriture s’est-elle déroulée ?

Beaucoup de précision et d’organisation étaient nécessaires afin que le récit reste cohérent. Les auteurs ont préparé une trame, des plans, des descriptions et un calendrier afin de déterminer, par exemple, le temps qu’il faisait… Chacun a apporté ses compétences : Vincent Villeminot est un spécialiste des armes (omniprésentes dans le récit), Florence Hinckel a étudié de près les délais de décomposition des cadavres… Ils ont aussi échangé avec des spécialistes de la survie, des médecins, etc. et nourri leur univers post-apocalyptique de beaucoup de recherches afin qu’il reste crédible et réaliste.

Les auteurs ont échangé plus de 2000 mails ! Ils se sont retrouvés une semaine en résidence d’auteurs à Marseille et 4 jours à Paris pour lire leurs premiers chapitres et découvrir les héros des autres. Ces confrontations ont fait évoluer les récits : il a fallu changer certaines fins imaginées au départ qui ne fonctionnaient plus. Les personnages se sont frottés les uns autres, certains ont pris de l’importance et sont devenus amis ou amants sans que cela ne soit prévu…

  Florence Hinckel_Nathan_Syros 2015 Vinvcent Villeminot_© Nathan_Syros 2015 Yves Grevet_© Nathan _Syros 2015 Carole TREBOR_Nathan_Syros 2015

(© Nathan_Syros)

 

  

Qu’est-ce que le projet a apporté aux auteurs ?

Les quatre auteurs décrivent le projet comme une belle aventure, une rencontre très forte, enrichissante tant sur le plan humain que littéraire. Cette écriture commune leur a permis d’expérimenter de nouvelles pistes. Vincent Villeminot par exemple, n’avait jamais utilisé la première personne. Ils s’accordent à dire qu’ils n’écriront pas leurs prochains romans comme avant …

Mais cette expérience a aussi représenté un bouleversement pour eux qui n’étaient pas habitués à créer avec tant de contraintes. Il leur a fallu parfois faire le deuil du roman prévu et rêvé, lâcher prise pour aller dans une autre direction, accepter cette infinité de possibilités romanesques intéressante mais aussi angoissante. Il est très difficile pour un écrivain de permettre à d’autres de s’approprier et de faire évoluer le héros qu’il a créé et qui lui appartient…

Pour les éditeurs aussi, le projet était très novateur. Il s’agissait de la première coédition entre Nathan et Syros. Les équipes éditoriales ont aussi été très investies dans le projet tout au long des différentes étapes. Jamais elles n’avaient été aussi présentes dans les coulisses d’une œuvre littéraire.

Alors que les quatre titres sortent simultanément aujourd’hui, on ne peut que saluer, à l’heure où on déplore une certaine frilosité éditoriale de la part de beaucoup d’éditeurs jeunesse, cette expérience originale et tout à fait réussie.

                         

Florence Hinckel_Carole Trebor_Yves Grevet_Vincent Villeminot_© Nathan_Syros 2015.jpeg

Les auteurs du projet, de gauche à droite : Florence Hinckel, Vincent Villeminot, Carole Trebor et Yves Grevet. (© Nathan_Syros)  
Soizik Jouin, directrice de la bibliothèque Chaptal (Paris, 9e) et membre des comités de lecture de Lecture Jeunesse