Sélectionner une page

Error. Page cannot be displayed. Please contact your service provider for more details. (31)

La bande dessinée de fantasy

Conversation avec Gérard Guéro et Charlotte Volper. L’éditrice et le scénariste proposent un parcours informel à travers l’histoire de la bande dessinée de fantasy. Ils échangent leurs points de vue sur les origines et les archétypes de ce genre et apportent des références bibliographiques.

Charlotte Volper : Nous allons vous proposer un parcours informel à travers l’histoire de la bande dessinée de fantasy. Il ne s’agit pas de tenir un discours de spécialistes, mais de fournir quelques titres et points de repère. Pour ma part, je ferais remonter la bande dessinée de fantasy au médiéval fantastique, avec des séries comme les 7 Vies de l’épervier(1)Les 7 Vies de l’épervier, André Juillard, Patrick Cothias, Glénat, coll. « Vécu », 7 tomes, 1983-1991. L’intrigue se déroule à la fin du règne de Henri IV. qui ont posé les jalons du genre, c’est-à-dire un contexte historique prégnant et un dessin réaliste. (Thorgal(2)Thorgal est une série de Jean Van Hamme (scénario) et Grzegorz Rosinski (dessin) qui comprend 32 tomes. Elle commence à être publiée en 1977 aux éditions du Lombard. Un nouveau cycle a été repris en 2007 par Yves Sente après l’abandon de Van Hamme. Rosinski fera de la bande dessinée de fantasy pure avec la Complainte des landes perdues (6 tomes, Dargaud, 1993-2008)., l’une des premières séries de medieval fantasy, va exploiter ces mêmes caractéristiques). Les 7 Vies de l’épervier marquent un tournant : l’intrigue se déroule au XVIIe siècle et, fait nouveau, l’Histoire devient un personnage à part entière. Dans la même mouvance, les Tours de Bois Maury(3)Série du scénariste belge Hermann (14 tomes, Glénat, « Vécu », 1984-2006). L’intrigue se déroule au XIIe siècle. mettent en scène la période des Croisades, et Glénat va consacrer une collection à la veine historique. Face à cela, les mondes de fantasy vont commencer à émerger en s’ancrant dans un Moyen-Âge connu, mais dépossédé de sa valeur historique. Si j’insiste sur le médiéval fantastique, c’est parce que le 1er tome de ThorgalLa Magicienne trahie, ne va pas être classé comme de la fantasy

 

Gérard Guéro : Pas du tout ! C’est de la bande dessinée d’aventures. Dix ans se sont écoulés entre l’arrivée de Thorgal, en 1977, et les premières bandes dessinées d’heroic-fantasy. Elles doivent dater de 1986, 1987. C’est à peu près à cette époque qu’Anne et moi arrivons dans le milieu.

 

C. V. : Le 2e tome de la série, L’Île des mers gelées, reçoit en 1979 le Prix Saint-Michel du Meilleur dessin réaliste : la fantasy et l’historique ne sont donc pas encore dissociés. Pour les lecteurs, c’est de l’aventure chez les Vikings durant une période indéfinie. Thorgal est une série fondatrice de 32 tomes. Il existe un pendant féminin un peu moins connu, Aria(4)Michel Weyland, Le Lombard (t. 1 à 15), Dupuis (t. 16 à 32). La série est d’abord publiée dans le Journal de Tintin à partir de 1980., dont le premier volume a été publié en 1982. Evoluant dans un Moyen-âge indéterminé, Aria est une sorte d’amazone, une femme indépendante qui parcourt le monde, à la différence de Thorgal qui cherche à s’établir en sécurité avec sa famille. Ces deux univers ont contribué à fixer des cadres de référence. Le premier tome de la Quête de l’oiseau du temps paraît ensuite(5)Serge Le Tendre et Régis Loisel, Dargaud, « Histoires fantastiques », 1983. . Il s’agit d’une série de fantasy « pure » caractérisée par une quête, contrairement à Thorgal qui se lit par cycles ou Aria qui peut s’appréhender en one-shot. En effet, la Quête de l’oiseau du temps introduit un élément important en fantasy, la série, et pose également des archétypes du genre : le vieux chevalier bougon plus ou moins sorti de la retraite, la quête de groupe – alors que Thorgal et Aria étaient des héros solitaires. Dans la Quête…, une confrérie se forme pour retrouver l’oiseau du temps afin d’éviter l’Apocalypse.

7 vies de l'épervier-Aria-la quete de l'oiseau du tps

 

G. G. : Concernant cette bande dessinée, lorsque tu parlais de cycle de quatre tomes, c’est aussi parce les maisons d’édition se sont demandé comment vendre davantage de livres. Les one-shot ne marchaient plus, la formule Dupuis de « un album = une histoire » était devenue inefficace. Glénat a donc inventé le cycle, avec celui, historique, des 7 vies de l’épervierLa Quête… a été publiée au même moment et a entraîné un changement majeur dans l’édition. C’est véritablement la 1ère grande série d’heroic-fantasy. Deux autres, marquantes en fantasy, sont sorties chez Zenda(6)Maison d’édition française spécialisée dans la bande dessinée fondée en 1987 et rachetée en 1994 par Glénat. après la Quête de l’oiseau du temps : les Chroniques de la lune noire (7)Série de François Froideval (scénario), Olivier Ledroit (dessin, t. 1 à 5) et Cyril Pontet (t. 6 à 14) parue chez Zenda (t. 1 à 4) puis Dargaud (t. 5 à 14) entre 1989 et 2008. et les Légendes des contrées oubliées(8)Série de Bruno Chevalier (scénario) et Thierry Ségur (dessin) parue entre 1987 et 1992 aux éditions Delcourt, coll. « Conquistador », en 3 tomes., c’est-à-dire une grande série d’heroic-fantasy de Froideval qui reprenait ses parties de Donjons et Dragons(9)Dungeons & Dragons en anglais. Il s’agit d’un jeu de rôles médiéval-fantastique conçu par les américains Gary Gygax et Dave Arneson dans les années 1970 et publié par la société TSR (Tactical Studies Rules). pour les coucher sur papier et une série délirante avec un graphisme complètement atypique.

 

C. V. : Oui, les Légendes des contrées oubliées sont restées une série mythique empreinte d’onirisme. Le jeu de rôles Donjons et Dragons a marqué une génération de scénaristes et de dessinateurs. D’une manière générale, l’univers du jeu de rôles a été fondateur pour la littérature et la bande dessinée de fantasy. Ces jeux vont donner naissance à des cycles comme les Chroniques de la lune noire qui ont remporté un grand succès. Contrairement à des séries comme la Complainte des landes perdues qui peuvent être lues par des adultes, les Chroniques s’adressent à des adolescents d’une quinzaine d’années. Il s’agit de s’amuser avant tout en mettant à profit des parties de Donjons et Dragons.

 

G. G. : L’émergence du jeu de rôles en France – ce que j’appelle les « années Casus Belli(10)Magazine de jeu de rôles créé en avril 1980. Le dessinateur Didier Guiserix en fut le rédacteur en chef de 1983 à 1999. Le magazine a constitué un vivier d’auteurs, de scénaristes et de dessinateurs de fantasy. Fabrice Colin, Mathieu Gaborit, Bruno Chevalier, François Froideval, Thierry Ségur, Anne et Gérard Guéro y ont notamment collaboré.  »  – est fondamentale. Beaucoup d’auteurs et de dessinateurs de fantasy ont travaillé à la rédaction du magazine. Anne et moi y étions pigistes.

© 2010 Ellen Herzfeld/xlii.org

© 2010 Ellen Herzfeld

Charlotte Volper

Charlotte Volper est une éditrice indépendante, chef de rubrique BD pour ActuSF jusqu’à récemment.

   

 8-photodes2

Gérard Guéro – Ange

Sous le pseudonyme commun Ange, Anne et Gérard Guéro sont co-auteurs de romans adultes et jeunesse et co-scénaristes de jeux de rôles et de bandes dessinées, principalement dans les genres de la fantasy, du fantastique, de la science-fiction et du polar.

   

Le n°138 de La revue Lecture Jeune, La Fantasy, le tour d’un genre, est accessible gratuitement sur le site de LJ.

couv138 resized  

quote-02-02-02L’univers du jeu de rôles a été fondateur pour la littérature et la bande dessinée de fantasy.

C. V. : On peut donc parler d’une véritable école de fantasy française. La maison d’édition Soleil productions(11)Maison d’édition de bandes dessinées créée en 1982 par Mourad Boudjellal. a également joué un rôle important en rééditant d’abord de grandes séries comme Rahan(12)Rahan, le fils des âges farouches est une série de Roger Lécureux (scénario) et André Chéret (dessin) qui a commencé à paraître dans le 1er numéro de Pif Gadget (mars 1969). Un premier album est publié aux éditions Hachette en 1973. Les éditions Soleil rééditent Tout Rahan (26 tomes) entre 1992 et 1997.. Elle a compris l’intérêt de publier de la bande dessinée populaire et exploité l’engouement pour l’heroic-fantasy. Soleil productions a édité Lanfeust(13) Lanfeust de Troy est une série de Christophe Arleston (scénario) et Didier Tarquin (dessin) publiée entre 1994 et 2000 aux éditions Soleil. Lanfeust est vite devenu un univers que d’autres séries ont décliné : Trolls de TroyLanfeust des étoilesLanfeust Odyssey ou encore Gnomes de Troy. Soleil productions a lancé le magazine Lanfeust Mag en 1998 pour pré-publier ses bandes dessinées destinées au jeune public. Le magazine Suprême Dimension, plus soigné et imprimé sur papier glacé, vise quant à lui un public adulte. , une série humoristique représentative de la fantasy qui est une référence importante aujourd’hui. Contrairement au médiéval fantastique qui conserve un dessin réaliste et un ton sérieux, Lanfeust privilégie le second degré.

 

4-Soleil_productions_logo

G. G. : Soleil productions s’est appuyée sur le succès de Lanfeust. Il s’agit de la 3e série de Didier Tarquin. Avec ses quelques centaines de milliers d’exemplaires écoulés, elle a vraiment structuré la maison d’édition.

 

C. V. : Il y a aussi une autre catégorie du genre que nous n’avons pas encore évoquée : la fantasy bretonnante qui s’inspire du cycle arthurien et des contes et légendes celtiques. Jean-Luc Istin a lancé la collection « Soleil celtic» qui lui est dédiée. Il me semble que les lectorats sont différents : les amateurs de Lanfeust ne liront pas forcément Merlin(14)Série de Jean-Luc Istin (scénario) et Eric Lambert (dessin), 10 tomes, Nucléa (t. 1 et 2) puis Soleil productions (t. 3 à 10).  , et inversement. Les horizons d’attente ne sont pas les mêmes. Les fans de Lanfeust apprécient le rythme des dialogues et le registre comique tandis que les lecteurs de Merlin s’intéressent aux racines bretonnes. D’une façon plus générale, les bandes dessinées de fantasy visent les 15-25 ans. J’ai 30 ans aujourd’hui. J’ai lu et apprécié les séries dont nous avons parlé lorsque j’étais adolescente. A la trentaine, le lecteur est attiré par d’autres choses moins systématiques, les ressorts des séries fonctionnent moins bien.

Lanfeust mis à part, la fantasy reste une niche en bande dessinée. La série de Gérard marche bien, mais la Geste rompt avec le principe de quête suivie puisque Anne et toi sollicitez un dessinateur différent à chaque fois. Elle reprend quand même des archétypes : le titre, un personnage solitaire qui combat des dragons, mais sous la forme de one-shot avec une héroïne.

 

G. G. : Au lieu de faire une série chronologique permettant de fidéliser le lecteur, nous avons préféré changer de dessinateur, de type d’histoire et d’époque à chaque tome. Avec Anne, nous fabriquons une sorte de puzzle, mais nous avons toujours toute la chronologie en tête. Nous sommes spécialistes du retournement de clichés. Nous essayons de déjouer les attentes du public. Dans le 1er tome de la Geste des chevaliers dragons, l’héroïne meurt à la page 43 : aucun lecteur ne pouvait s’y attendre !

 

C. V. : De nombreuses portes d’entrée permettent quand même de pénétrer dans la série, mais le fait de changer de personnage à chaque tome empêche le lecteur de s’attacher au héros, à la différence de séries comme Thorgal et Aria.

 

Public : Gérard Guéro, je souhaiterais vous poser une question par rapport à votre double casquette. Les mondes que vous imaginez sont-ils différents en fonction des supports, roman ou bande dessinée ?

 

G. G. : Non, ce sont les opportunités qui font la différence. La première version du Collège invisible(15)Le Collège invisible, 8 tomes, Ange et Régis Donsimoni, Soleil productions, 2002-2010. Le héros de cette série est un jeune magicien qui porte des lunettes, d’où la comparaison avec Harry Potter. était une série romanesque pour la jeunesse imaginée avant la parution du 1er tome d’Harry Potter. Nous n’avons pas pu la publier sous cette forme. Le scénario a donc été modifié afin de transformer le Collège invisible en bande dessinée. La Geste est une proposition éditoriale BD, mais nous nous sommes toujours demandé si nous pouvions en faire des romans. Comme nous avons conçu cette série comme un produit multimédia – cela n’a rien de péjoratif – rien ne nous empêche de la décliner en jeu vidéo par exemple. J’ai tendance à considérer que la Geste est un moteur d’histoires. Anne et moi sommes en train de travailler sur les tomes 12, 13 et 14. Et le tome 15 sera double, je peux d’ores et déjà vous l’annoncer !

lanteust de troy-la geste-le college invisible

ARTICLE PARU SUR LE BLOG DE LECTURE JEUNESSE EN JUIN 2011
Bibliographie sélective
 
La Cicatrice du souvenir, Ange, Christian Paty, Soleil productions, 3 tomes, édition intégrale en 2003.
Le Collège invisible, Ange, Régis Donsimoni, Soleil productions, 8 tomes, 2002-2010.
La Geste des Chevaliers Dragons, Ange, Soleil productions, 11 tomes, depuis 1998.
Khatedra, Ange, Phil Castaze, Soleil productions, 2 tomes, 2001-2002.
Paradis perdu, Alberto Varanda, Philippe Xavier, Soleil productions, 4 tomes, 2002-2006.
La Porte des mondes, Ange, Sylvain Guinebaud, Soleil productions, 2 tomes, 2006-2007.

References   [ + ]

1. Les 7 Vies de l’épervier, André Juillard, Patrick Cothias, Glénat, coll. « Vécu », 7 tomes, 1983-1991. L’intrigue se déroule à la fin du règne de Henri IV.
2. Thorgal est une série de Jean Van Hamme (scénario) et Grzegorz Rosinski (dessin) qui comprend 32 tomes. Elle commence à être publiée en 1977 aux éditions du Lombard. Un nouveau cycle a été repris en 2007 par Yves Sente après l’abandon de Van Hamme. Rosinski fera de la bande dessinée de fantasy pure avec la Complainte des landes perdues (6 tomes, Dargaud, 1993-2008).
3. Série du scénariste belge Hermann (14 tomes, Glénat, « Vécu », 1984-2006). L’intrigue se déroule au XIIe siècle.
4. Michel Weyland, Le Lombard (t. 1 à 15), Dupuis (t. 16 à 32). La série est d’abord publiée dans le Journal de Tintin à partir de 1980.
5. Serge Le Tendre et Régis Loisel, Dargaud, « Histoires fantastiques », 1983.
6. Maison d’édition française spécialisée dans la bande dessinée fondée en 1987 et rachetée en 1994 par Glénat.
7. Série de François Froideval (scénario), Olivier Ledroit (dessin, t. 1 à 5) et Cyril Pontet (t. 6 à 14) parue chez Zenda (t. 1 à 4) puis Dargaud (t. 5 à 14) entre 1989 et 2008.
8. Série de Bruno Chevalier (scénario) et Thierry Ségur (dessin) parue entre 1987 et 1992 aux éditions Delcourt, coll. « Conquistador », en 3 tomes.
9. Dungeons & Dragons en anglais. Il s’agit d’un jeu de rôles médiéval-fantastique conçu par les américains Gary Gygax et Dave Arneson dans les années 1970 et publié par la société TSR (Tactical Studies Rules).
10. Magazine de jeu de rôles créé en avril 1980. Le dessinateur Didier Guiserix en fut le rédacteur en chef de 1983 à 1999. Le magazine a constitué un vivier d’auteurs, de scénaristes et de dessinateurs de fantasy. Fabrice Colin, Mathieu Gaborit, Bruno Chevalier, François Froideval, Thierry Ségur, Anne et Gérard Guéro y ont notamment collaboré.
11. Maison d’édition de bandes dessinées créée en 1982 par Mourad Boudjellal.
12. Rahan, le fils des âges farouches est une série de Roger Lécureux (scénario) et André Chéret (dessin) qui a commencé à paraître dans le 1er numéro de Pif Gadget (mars 1969). Un premier album est publié aux éditions Hachette en 1973. Les éditions Soleil rééditent Tout Rahan (26 tomes) entre 1992 et 1997.
13.  Lanfeust de Troy est une série de Christophe Arleston (scénario) et Didier Tarquin (dessin) publiée entre 1994 et 2000 aux éditions Soleil. Lanfeust est vite devenu un univers que d’autres séries ont décliné : Trolls de TroyLanfeust des étoilesLanfeust Odyssey ou encore Gnomes de Troy. Soleil productions a lancé le magazine Lanfeust Mag en 1998 pour pré-publier ses bandes dessinées destinées au jeune public. Le magazine Suprême Dimension, plus soigné et imprimé sur papier glacé, vise quant à lui un public adulte.
14. Série de Jean-Luc Istin (scénario) et Eric Lambert (dessin), 10 tomes, Nucléa (t. 1 et 2) puis Soleil productions (t. 3 à 10).  
15. Le Collège invisible, 8 tomes, Ange et Régis Donsimoni, Soleil productions, 2002-2010. Le héros de cette série est un jeune magicien qui porte des lunettes, d’où la comparaison avec Harry Potter.

This site is protected by wp-copyrightpro.com