Les booktubers… et quelques questions

par Sonia de Leusse-Le Guillou, directrice de Lecture Jeunesse

entretiens_icon

Quand les vidéos des bookTubers conduisent les professionnels à s’interroger sur la légitimité de leurs propres critiques… 

Les booktubers ont fait parler d’eux en France, au-delà des cercles d’abonnés : médiateurs, professionnels, institutions, les ont découverts ou veulent s’en inspirer pour dynamiser leur mode de promotion et de prescription des livres. On y voit le renouveau de la critique, la revalorisation de la lecture, une médiation exemplaire ou une manne commerciale. Le phénomène cristallise les aspirations ou les fantasmes et semble la consécration d’une nouvelle façon de lire et de parler de ses lectures, l’appropriation d’un espace de parole par les jeunes, pour les jeunes, avec leurs propres codes.

D’abord des blogs

Les réseaux sociaux fonctionnent par la reconnaissance de semblables choisis pour leur similitude de goûts, des groupes d’affinités voire des clubs de prescription. Les éditeurs jeunesse ont compris l’importance de ce lectorat qui a pris le clavier, puis la parole à travers des vidéos. Pendant les années Skyblogs, ils ont développé leurs propres blogs, ainsi Gallimard avec On lit plus fort, leurs pages facebook comme Lire en Live, celle de Nathan Jeunesse, ou Lecture Academy le site d’Hachette par exemple. Sur internet, on n’est plus une maison d’édition, on représente une communauté, mais pas n’importe laquelle puisqu’elle s’apparente à une forme d’engagement. Il s’agit de lire, mais d’une certaine manière, « en live », « plus fort », ou « en série » pour Michel Lafon Jeunesse. Les éditeurs, comme une partie des auteurs, s’adressent directement aux lecteurs actuels ou potentiels. Un lien doit exister, une reconnaissance dans un univers commun s’opérer, pour que la communauté s’agrège, produise elle-même du contenu qui animera l’espace mis à disposition par l’éditeur. Les plateformes de critiques de livres par des lecteurs amateurs, comme Babelio(1)https://www.babelio.com/, Goodreads(2)https://www.goodreads.com/ ou Book-Node(3)https://booknode.com/, pour ne citer qu’elles, fédèrent des lecteurs qui postent leurs impressions de lecture sur les sites en question. Elles ont su développer cette appropriation par le public, lecteur et pourvoyeur de contenu.

À propos…

Esquissons rapidement le profil de ces lecteurs… […]
IMG_4677  
Retrouvez l’intégralité de l’article dans les cahiers du CRILJ n°9 « Élargir le cercle des lecteurs : la médiation en littérature pour la jeunesse ». Site internet : www.crilj.org

References   [ + ]