L’histoire des éditions Harlequin

Une romance qui dure depuis 1949

entretiens_icon

Créées en 1949 au Canada, les éditions Harlequin publient aujourd’hui leurs romans sentimentaux et érotiques dans plus de 110 pays à travers le monde. Cette maison incontournable a fait évoluer ses romances au fil des décennies, adaptant les textes aux changements de la société pour s’assurer un succès constant. Dans son mémoire de recherche Évolution du roman sentimental contemporain en France : diversité et spécificité des collections chez Harlequin(1)V. Portut, Évolution du roman sentimental contemporain en France : diversité et spécificité des collections chez Harlequin, 2001. Maîtrise de lettres modernes (mention Très Bien), Littérature générale et comparée, Université de Cergy-Pontoise. , Vanessa Portut présente ce genre littéraire décrié qui connaît pourtant un succès majeur dans le paysage éditorial français. Elle propose ici une synthèse de son travail, centrée sur le rôle historique des éditions Harlequin dans l’évolution de la romance.

 

De la fin du XIXe au début du XXe siècle : naissance d’une paralittérature

Roman d’amour, roman à l’eau de rose, roman féminin, roman de gare… Les appellations du genre sentimental sont multiples. Celui-ci est même exclu du noble genre « littérature » par le préfixe « para », « à côté de ».

La paralittérature est née avec la révolution industrielle, dans une visée surtout commerciale, celle d’être achetée par le plus grand nombre. De cette vocation marchande procède notamment la création des séries ou des collections. En 1840, le feuilleton est inventé et revêt diverses formes : revues littéraires, journaux-romans et livrets illustrés. Cette méthode de production s’appliquera au roman populaire et au roman d’amour.

Au début du XXe siècle, deux éditeurs se distinguent, Ferenczi et Tallandier. À eux deux, ils publient 6000 titres. Puis, au lendemain de la Première Guerre mondiale, deux collections leur succèdent, « Stella » (éditions de Montsouris) et « Fama » (éditions Marcel Daubin).

titres des éditions

De g. à d. : titres des éditions Farenczi, Tallandier, Montsouris et Marcel Daubin

 

Celles-ci établissent les codes du roman d’amour : un titre fort (avec une inflation de termes comme « cœur, amour, tendresse, bonheur, souffrance, trahison, folie, secret, mystère »), la prépondérance de la logique sérielle (le nom de l’auteur est minoré sur les couvertures au profit de celui de la collection), une iconographie identifiable (qui met en scène le couple fondamental uni, enlacé ou dans une attitude conflictuelle emphatiquement dramatisée), un schéma narratif récurrent (une histoire d’amour) et bien sûr, un rythme de publication intensif.

Les éditions Harlequin : la construction d’un succès

Les éditions Harlequin, maison contemporaine emblématique, ont été créées au Canada en 1949. Elles se sont implantées en France en 1978 et ont rencontré d’emblée un succès immédiat, jamais démenti jusqu’à aujourd’hui. Même si elle répond de manière systématique au schéma narratif classique de la romance (rencontre, confrontation polémique, séduction, révélation des sentiments, mariage), l’originelle « Collection Harlequin » s’est progressivement diversifiée de 1978 aux années 2000, selon trois périodes significatives : si en 1978 la femme est ingénue et virginale face au héros dominateur et misogyne, les années 1980 voient les héroïnes s’affirmer et gagner en tempérament. Les premièr-e-s héroïnes/héros divorcé-e-s apparaissent. Enfin, à partir des années 1990, les thèmes abordés dans les romans sont plus réalistes et ancrés socialement : violence, maladies, familles recomposées, chômage, polar…

quote-02-02-02Cette diversification éditoriale s’accompagne d’une stratégie implacable : […] la maison inculque au lectorat soigneusement fidélisé un réflexe répétitif d’achat semblable à celui de la presse magazine

Ainsi, aux premières sous-collections comme « Club », « Chance », « Américaine », « Liberty », « Colombine », « Tentation », « Teenager », « Langage des fleurs », « Langages du cœur » ou « Suspense », ont succédé les collections contemporaines « Azur », « Horizon », « Blanche », « Royale », « Rouge Passion », « Les Historiques », « Sixième sens », « Désirs » ou « Amours d’aujourd’hui ». Du milieu médical à l’Angleterre médiévale en passant par le paranormal, le policier, l’érotisme et la transgression des interdits, chaque collection, par son contenu mais surtout par la charte graphique adoptée, est immédiatement identifiable pour le(s) lectorat(s).

Divers titres

De g. à d. : titres publiés dans différentes collections d’Harlequin en 1986, 1999, 2011 et 2017

 

Cette diversification éditoriale s’accompagne d’une stratégie implacable : 500 titres sont publiés par an (à raison de 40 nouveautés par mois), vendus dans les libraires d’hypermarchés et les relais de presse. La maison inculque au lectorat soigneusement fidélisé (club des lectrices, cadeaux d’abonnements, courriers personnalisés…) un réflexe répétitif d’achat semblable à celui de la presse magazine, accentué par le caractère éphémère du produit, selon le principe d’une nouveauté qui chasse l’ancienne.

Harlequin n’a cessé de rester en phase avec son temps et de s’aligner sur les tendances de son époque en multipliant le nombre de ses collections, qui proposent autant de regards différents sur le couple et sur la femme. Entre le modèle du prince et de la bergère et celui de la « célibattante », plus de trente ans se sont écoulés. Ces trente années d’évolutions textuelles et graphiques ont su attirer un ou des lectorat(s) constamment demandeur(s) de nouveautés… et ont sans doute inspiré les succès d’auteurs actuels comme Irène Cao, Sylvia Day ou E. L. James.

Vanessa Portut

Vanessa Portut

Responsable du service Documentation-Archives de Le Perreux-sur-Marne

Titulaire d’un DUT Métiers du livre, d’une maîtrise de lettres et d’un Master Métiers des archives- bibliothèques-documentation, Vanessa Portut a occupé le poste de responsable de la documentation du Centre national du Costume de scène et de la scénographie, puis d’adjointe au chef du service Documentation de la Cour Administrative d’Appel de Paris. Depuis avril 2017, elle est responsable du service Documentation-Archives de la ville du Perreux-sur-Marne. Elle est également chargée de cours à l’Université Paris V René Descartes (filière Métiers du livre et du patrimoine, IUT Paris) depuis 2015.

Article de Vanessa Portut

References   [ + ]

1. V. Portut, Évolution du roman sentimental contemporain en France : diversité et spécificité des collections chez Harlequin, 2001. Maîtrise de lettres modernes (mention Très Bien), Littérature générale et comparée, Université de Cergy-Pontoise.