Sélectionner une page

Error. Page cannot be displayed. Please contact your service provider for more details. (25)

Rencontre avec… Carine Tardieu

entretiens_icon

Carine Tardieu signe la réalisation du film Du Vent dans mes mollets (22 août 2012) adapté du roman éponyme de Raphaële Moussafir. La rédaction de Lecture Jeune avait rencontré la cinéaste fin 2009, dans le cadre de son numéro « Portraits d’adolescents en littérature jeunesse »

 

bouton télécharger en pdf

Lecture Jeunesse : Quel était votre rapport à la lecture et au cinéma, quand vous étiez adolescente ?
Carine Tardieu : Avant l’âge de 12 ans, je lisais beaucoup, notamment l’œuvre de Roald Dahl ou des romans fantastiques. Ensuite, j’étais moins attirée par les livres et je regardais la télévision − La Dernière séance − ou j’allais au cinéma. À cette époque, « aller au cinéma » était une activité peu ordinaire, même à Paris. J’y allais avec mon père tous les week-ends. Au lycée, je n’étais pas très bonne élève et j’attendais impatiemment les vacances scolaires ! En outre, j’étais une adolescente solitaire, mal dans ma peau. Les livres proposés m’ennuyaient car je ne les avais pas choisis. Je n’ai repris la lecture que tardivement ; à 20 ans j’ai lu tout Barjavel et des romans d’anticipation. Avec du recul, je pense que j’aurais aimé les lire adolescente. Si j’avais 13 ans aujourd’hui, j’aurais sans doute lu Harry Potter parce que c’est le type d’histoire que je recherchais, tout comme ces films qui vous coupent du quotidien (E.T. ou L’Histoire sans fin).
 
LJ : Comment est née l’envie de devenir réalisatrice ?
CT : Je souhaitais avant tout raconter des histoires ; j’avais besoin de m’évader et ce que l’on me proposait n’était plus suffisant. Je voulais m’approprier mes rêves. L’envie est venue d’un rapport de compétition avec mon frère qui a voulu faire du cinéma avant moi. J’ai vu qu’il brillait aux yeux de mes parents et j’en étais envieuse. J’avais une passion pour le cinéma mais le souhait de devenir réalisatrice est né de l’envie d’exister, d’être connue, de côtoyer des gens célèbres… Je m’y suis investie pour toutes ces mauvaises raisons, mais bien entendu, j’y suis restée pour d’autres.
 
LJ : Quel a été votre parcours ?
CT : J’ai un parcours un peu compliqué ; j’ai fait une année de psychologie, puis une école d’infirmières. J’avais besoin de « me soigner moi-même » et je voulais voir si j’étais capable de soigner les autres, mais ce n’était pas du tout le cas ! Adolescente, le cinéma était beaucoup trop impressionnant pour moi, je n’aurais jamais imaginé pouvoir y accéder ! J’ai eu un parcours chaotique avant d’arriver au cinéma. Quand j’étais stagiaire, j’ai commencé à écrire des scénarios, notamment en travaillant sur mon premier long-métrage, –Portraits chinois de Martine Dugowson–. Ma passion est devenue une évidence. Je voulais être « calife à la place du calife » et réaliser mes propres films. J’écrivais beaucoup et le décès de ma mère m’a conduit à réaliser mon premier film.
 
LJ : Pouvez-vous nous dire quelques mots sur votre premier scénario ?
CT : C’est ce que j’appelle mon court-métrage « 0 ». Je l’ai réalisé à l’école de cinéma. Cela s’intitule Le cordon : mon frère y joue un homme d’une trentaine d’années, collectionneur de téléphones. Il est harcelé par sa mère qui l’appelle constamment. Métaphoriquement, il va être amené à couper le cordon en arrachant le fil du téléphone. Dans cette réalisation il y avait déjà un peu de mon univers : la famille, l’onirisme, quelques scènes fantasmatiques…
 
LJ : Comment est né le court-métrage Les Baisers des autres(1)Les Baisers des autres, scénariste et réalisatrice du court-métrage (14’), 2002. ?
CT : Ma mère est morte et deux mois plus tard j’avais rédigé Les Baisers des autres, c’était un monologue, mais pas encore un scénario. Je l’ai fait lire à une amie qui m’a incité à réaliser un court-métrage. J’ai tourné une première fois sans budget et c’était complètement raté. Au même moment, j’apprenais que le CNC(2)Centre National du Cinéma et de l’Image animée me proposait une aide de 20 000 €. On a alors tourné une nouvelle fois, dans des conditions beaucoup plus professionnelles et le film a eu un succès incroyable. Mon père connaissait Madeleine Thoby, éditrice chez Actes Sud Junior et il lui a montré le film. Elle m’a demandé d’écrire l’adaptation de mon film et la collection « Ciné roman » était née(3)Les Baisers des autres, Actes Sud Junior, « Ciné roman », 2002..
 
LJ : Et pour le court-métrage suivant, L’Aîné de mes soucis(4)L’Aîné de mes soucis, scénariste et réalisatrice du court-métrage (10’) Wacky films, 2004. comment avez-vous procédé ?
CT : Les Baisers des autres m’a fait gagner plusieurs prix, notamment au festival de Trouville, à l’issue duquel je devais tourner un court-métrage dans l’année qui suit. L’idée de L’Aîné de mes soucis  m’est venue à la lecture d’une nouvelle. J’ai tourné, mais je n’étais pas très contente de ce que cela rendait, puis le film a eu un succès énorme aussi, et j’ai appris à l’aimer comme ça. Il n’y a pas de dialogues et il est plus naïf. L’adaptation pour la collection « ciné roman » est finalement plus aboutie.
Carine Tardieu

Carine Tardieu

Carine Tardieu a travaillé entre 1995 et 2000 comme assistante réalisateur sur de nombreux films et téléfilms, après avoir mené des études audiovisuelles. Puis, elle est embauchée comme scénariste pour diverses fictions télé et réalise deux courts-métrages, Les Baisers des autres et L’Aîné de mes soucis, primés de nombreuses fois dans les festivals internationaux. Ces films ont aussi fait l’objet de novelisations, inaugurant la collection « ciné-roman » chez Actes Sud Junior. En 2007, elle réalise son premier long-métrage, La Tête de maman avec Karin Viard dans le rôle principal. En 2009, sort son troisième roman Je ne suis pas Sœur Emmanuelle, toujours chez Actes Sud Junior, dans la collection « D’une seule voix ». À 36 ans, elle travaille aujourd’hui au développement de son second film et poursuit ses travaux de scénariste pour d’autres réalisateurs. Son prochain roman jeunesse Des poules et des gâteaux, paraîtra en 2010, chez Actes Sud Junior.

Retrouvez tous les entretiens

quote-02-02-02Je voulais m’approprier mes rêves.

LJ : Dans Les Baisers des autres, il est question de thématiques qu’on retrouve ensuite dans La Tête de maman (Jane Birkin, le décès de la mère, etc.)
CT : Les Baisers des autres évoque vraiment des souvenirs d’enfance, le personnage est très proche de moi. Lulu, dans La Tête de maman(5)La Tête de Maman, réalisatrice et co-scénariste (avec Michel Leclerc) du long-métrage – Nord-Ouest Production / UGC, 2007., représente l’inverse, elle est tout ce que j’aurais voulu être. Entre 2000 et 2007, les deux courts et le long-métrage représentent l’ensemble d’un processus de deuil. Le deuil de ma mère et le deuil de mon adolescence. C’est mon évolution personnelle en triptyque.
 
LJ : Avez-vous eu des retours d’adolescents sur vos films ?
CT : On a fait une tournée de 35 dates avec La Tête de maman, et j’ai eu de nombreux retours : des couples mère/fille sont venus voir le film. Souvent les adolescents s’y retrouvent, pas forcément dans leur vie personnelle mais dans le rapport à leur mère. J’ai fait quelques passages dans des lycées, il y avait des échanges avec les élèves, sur le court-métrage et le livre. Mais dès qu’on est réalisateur, les adolescents vous interrogent sur le « star-system ». C’est une lutte de les en détourner et de leur faire comprendre que l’argent ne fait pas le bonheur.
 
LJ : Comment s’effectue le travail sur le scénario ?
CT : Pour démarcher des producteurs il faut un synopsis. Le scénario est écrit lorsque le  projet est lancé, mais avec la mise en scène d’autres idées me viennent. Je fais des relectures, seule, puis avec le producteur. On réfléchit sur les scènes, s’il faut couper des parties, sur ce qui est nécessaire ou redondant… Un scénario est plus difficile à écrire qu’un roman ; il a besoin d’un rythme, il doit tenir le spectateur. Et puis tout à un coût en cinéma, chaque scène est soumise à des conditions financières. Écrire un livre est beaucoup plus reposant, c’est un peu les vacances !
 
LJ : Comment se passent les tournages ?
CT : Pour La Tête de maman, le tournage a été très dur. L’adolescente(6)Chloé Coulloud. était vraiment « en crise ». Je suis très contente du résultat mais il était difficile de la faire sourire, de lui demander d’aller dans l’émotion. Heureusement elle avait des facilités pour le jeu. J’avais réalisé des CD pour les acteurs, comportant une sélection musicale pour chacun des personnages, pour qu’ils se les approprient.

 quote-02-02-02[Au] cinéma, chaque scène est soumise à des conditions financières. Écrire un livre est beaucoup plus reposant, c’est un peu les vacances !

LJ : Dans La Tête de maman, on retrouve la question d’un dysfonctionnement des parents et d’adolescents qui sont là pour s’en occuper, comme dans les titres du corpus(7)Voir les titres du corpus dans la revue n°132.
CT : Oui, ça m’a frappée aussi. Ces adolescents passent à coté de leur enfance, ils ont des préoccupations d’adulte. Ils sont actifs et ne veulent pas répéter le schéma de vie de leurs parents. Cela permet aussi à l’adolescent de donner du sens à une partie de sa vie. Il n’y a que dans Villa des Oliviersoù l’adolescente a des préoccupations de son âge, et finalement le personnage est moins profond, moins grave.
 
LJ : Parlez-nous de Je ne suis pas sœur Emmanuelle(8)Je ne suis pas Sœur Emmanuelle, Actes Sud Junior, « D’une seule voix », 2009.
CT : J’ai besoin d’une activité constante, alors entre deux boulots j’ai voulu écrire un livre jeunesse, mais sans partir d’un scénario. J’avais accidentellement volé un paquet de chewing-gum dans un magasin ; sœur Emmanuelle était morte peu de temps avant et le récit est parti ces idées là. Je l’ai envoyé pour la collection « D’une seule voix ».
 
LJ : Vous allez continuer à écrire pour la jeunesse ?
CT : J’ai un nouveau roman prévu pour Actes Sud Junior. Je l’avais rédigé pour la collection « D’une seule voix » mais il sera et finalement en « Roman cadet », et illustré. Il s’intitule Des poules et des gâteaux(9)Des poules et des gâteaux, Actes Sud Junior, « Cadet », 2010.. C’est le récit d’un gamin de 11 ans, qui assiste à une dispute entre les membres de sa famille autour de la question de l’héritage du grand-père qui était aviculteur. L’enfant est un juif laïc français et il n’a jamais vraiment compris ce que ça représentait. Il trouve ridicule toutes les disputes de sa famille autour de l’argent alors que le plus dur, selon lui, est la réception de cet héritage culturel.
 
LJ : Y a t’il des films récents sur l’adolescence qui vous ont particulièrement touchée ?
CT : LOL(10)LOL, un film de Lisa Azuelos, avec Sophie Marceau.Et toi t’es sur qui(11)Et toi t’es sur qui ? un film de Lola Doillon.L’Esquive(12)L’Esquive, un film d’Abdellatif Kechiche.Les beaux gosses(13)Les Beaux gosses, un film de Riad Satouf., etc.  Ce sont des films oniriques, ludiques et intemporels. Stella(14)Stella, un film de Sylvie Verheyde. m’a également beaucoup touché, il y a de la drôlerie alors qu’il s’agit d’un drame mais tout y est très juste.
 
LJ : Quelles lectures conseilleriez-vous ?
CT : American Darling de Russell Banks ; Shantaramde Gregory David Roberts. J’aime les œuvres de Romain Gary ou de David Lodge. Je lis essentiellement de la littérature américaine, j’ai besoin de romanesque.
Publications
Réalisatrice
  • Du Vent dans mes mollets, réalisatrice et co-scénariste (avec Raphaële Moussafir) du long-métrage, 2012.
  • La Tête de Maman, réalisatrice et co-scénariste (avec Michel Leclerc) du long-métrage – Nord-Ouest Production / UGC, 2007.
  • L’Aîné de mes soucis, scénariste et réalisatrice du court-métrage (10’) Wacky films, 2004.
  • Les Baisers des autresscénariste et réalisatrice du court-métrage (14’), 2002.
Scénariste
  • Scénariste et co-scénariste de 13 épisodes de la série télévisée Âge sensible (26’) pour France 2 – Capa Drama.
Auteur
  • Des poules et des gâteaux, Actes Sud Junior, « Cadet », 2010.
  • Je ne suis pas Sœur Emmanuelle, Actes Sud Junior, « D’une seule voix », 2009.
  • L’Aîné de mes soucis, Actes Sud junior, « Ciné Roman », 2005.
  • Les Baisers des autres, Actes Sud Junior, « Ciné Roman », 2002.

References   [ + ]

1. Les Baisers des autres, scénariste et réalisatrice du court-métrage (14’), 2002.
2. Centre National du Cinéma et de l’Image animée
3. Les Baisers des autres, Actes Sud Junior, « Ciné roman », 2002.
4. L’Aîné de mes soucis, scénariste et réalisatrice du court-métrage (10’) Wacky films, 2004.
5. La Tête de Maman, réalisatrice et co-scénariste (avec Michel Leclerc) du long-métrage – Nord-Ouest Production / UGC, 2007.
6. Chloé Coulloud.
7. Voir les titres du corpus dans la revue n°132
8. Je ne suis pas Sœur Emmanuelle, Actes Sud Junior, « D’une seule voix », 2009
9. Des poules et des gâteaux, Actes Sud Junior, « Cadet », 2010.
10. LOL, un film de Lisa Azuelos, avec Sophie Marceau.
11. Et toi t’es sur qui ? un film de Lola Doillon.
12. L’Esquive, un film d’Abdellatif Kechiche.
13. Les Beaux gosses, un film de Riad Satouf.
14. Stella, un film de Sylvie Verheyde.

This site is protected by wp-copyrightpro.com