« L’enjeu est immense, notre mobilisation l’est aussi »

Discours officiel de Marie-Christine Ferrandon, présidente de Lecture Jeunesse

Discours prononcé par Marie-Christine Ferrandon, présidente de l’association, lors du colloque de lancement de l’Observatoire de la lecture des adolescents de Lecture Jeunesse, le 16 novembre 2017 à Paris.

Avec le parrainage du ministère de la culture

 

Mesdames et messieurs,

Nous accueillons pour ce moment officiel de lancement de l’Observatoire de la lecture des adolescents les représentants des ministères de la culture, de l’enseignement supérieur et de la recherche, de l’Education nationale qui s’exprimeront dans quelques minutes. Nicolas Georges, directeur chargé du livre au ministère de la culture, à la direction générale des médias et des industries culturelles, Noël Corbin, Inspecteur général des affaires culturelles, chargé de conduire auprès d’Éric Orsenna la mission sur le développement de la lecture publique qui clôturera notre journée Nicolas Ngo, adjoint au chef du département de la culture scientifique et des relations avec la société à la direction générale de la recherche et de l’innovation du ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche.

Barbara Martin cheffe du bureau des collèges à la direction générale de l’enseignement scolaire (DGESCO) du ministère de l’Education nationale. Je vous prie d’excuser l’absence de Fabienne Rosenwald, directrice de la direction de l’évaluation, de la prévision et de la performance qui devait s’exprimer au nom du ministère de l’Education nationale et m’a chargée de vous signifier l’engagement de la DEPP dans notre projet. A l’issue de ces interventions, les représentants des structures et les chercheurs du comité consultatif nous rejoindront sur cette estrade pour LA photo. Permettez-moi tout d’abord en quelques mots de vous présenter les réflexions qui ont conduit à la naissance de l’Observatoire, les objectifs qui lui ont été assignés, la feuille de route qui sera la sienne, les modalités de partenariat qui assureront le sérieux de ses sources et le rayonnement de ses productions.

Marie-Christine Ferrandon

présidente de Lecture Jeunesse

Au départ : un constat, des questions.

Adolescents aujourd’hui, citoyens demain. 78 % des 7-19 ans interrogés dans l’enquête 2016 du Centre National du Livre déclarent lire pour leurs loisirs et 78% d’entre eux y trouver du plaisir. Chiffres rassurants en apparence ? Encore que 20% se disent non lecteurs. Et vers 14 ans qu’en est-il ? L’adolescence est l’âge des incertitudes, des ruptures, l’âge où les jeunes attirés par d’autres loisirs et pratiques culturelle s’éloignent du livre. Qui sont les adolescents lecteurs ? Que lisent-ils ? Pourquoi certains jeunes ne lisent-ils pas ? Mais est-il assuré que ceux qui se déclarent non lecteurs ne lisent vraiment pas (par exemple des BD, des mangas, des sites internet) ? Pourquoi à l’âge de l’adolescence certains décrochent-ils de la lecture ? Comment et par quels processus ? Quelles sont les conditions à réunir, quels sont les leviers sur lesquels agir pour amener, ou ramener, garçons et filles, vers les textes, vers l’écrit ? Ce sont ces adolescents qui motivent l’action de Lecture Jeunesse, car si nous trouvons insupportable les taux encore élevés d’illettrisme, de décrochage, de difficultés d’insertion nous devons mettre nos forces au service de la prévention de l’illettrisme, au service du développement de la lecture et de l’écriture, en tant que pratiques culturelles pour tous même si nous savons grâce aux travaux des chercheurs qui font référence, par exemple ceux de Sylvie Octobre ou de Christine Detrez, que rien n’est simple.

Pour éclairer ce questionnement, à travers sa revue Lecture Jeune et ses journées d’études Lecture Jeunesse a toujours cherché à établir des ponts entre les travaux des scientifiques- sociologues, didacticiens, spécialistes en information-communication – d’une part et les acteurs de terrain d’autre part. Ainsi, Lecture Jeunesse a créé la collection LJ+, collection numérique, en ligne et gratuite, pour diffuser auprès d’un large public les résultats d’études et travaux, conduits par Lecture Jeunesse ou provenant d’autres sources. Lecture Jeunesse a également le souci de tisser des liens étroits avec la recherche pour étayer les hypothèses de ses projets et évaluer les résultats de ses actions ; par exemple le projet numook de création d’un livre numérique par des adolescents a déjà donné lieu à deux études dans ses phases d’expérimentation et de premier élargissement et sera l’objet de deux nouvelles études cette année scolaire ; l’une fera écho à ce colloque interrogeant la relation thème scientifique /lectures documentaires et fictionnelles. Cette veille sur les études et cette observation du terrain nourrit les programmes de formation de LJ à destination des adultes, professionnels et bénévoles (bibliothécaires, animateurs, formateurs, enseignants, libraires mais aussi créateurs et éditeurs). Ce rappel de notre action permet de comprendre que lorsque le Service du livre et de la lecture a incité Lecture Jeunesse à amplifier son rôle en assumant de constituer un véritable observatoire de la lecture des adolescents, l’association a relevé le défi, et remercie aujourd’hui le SLL, et nos interlocuteurs toujours attentifs, Thierry Claerr et son équipe, de leur encouragement et de leur soutien.

Et maintenant : le travail est engagé

Trois directions ont d’emblée été définies pour cet observatoire qui est un observatoire de la lecture sous toutes ses formes y compris numériques (lecture fictionnelle, lecture documentaire et d’information, quel que soit le support), un observatoire des pratiques des acteurs de terrain dont les plus efficientes méritent d’être valorisées, un observatoire de l’offre éditoriale à destination des préadolescents, des adolescents, des jeunes adultes afin d’éclairer les prescripteurs, professionnels ou bénévoles et leurs familles. Pour mettre à disposition du plus grand nombre les informations dispersées, peu connues, réunies par LJ et ses partenaires, l’observatoire sera un lieu de partage, un carrefour de réflexion et de débats diffusant par le biais de trois outils : Le colloque annuel. Le colloque vise à faire émerger des problématiques, à pointer des zones d’ombre échappant aux projecteurs, à ouvrir des champs d’observations et d’études pour les années à venir, à mettre en lumière l’existant (enquêtes, études, actions de terrain…). Cette année les sciences.

En 2018, un nouveau thème sera débattu en janvier par le Comité consultatif. Les actes du colloque 2017 (tout ou partie) seront publiés dans la revue Lecture Jeune de mars 2018.« Les nouvelles de l’Obs », publication annuelle dont le premier opus sortira en décembre 2017 : des indicateurs suivis dans le temps, des cartographies de l’offre éditoriale (la présentation de l’édition de livres proposée ce matin sera complétée par celle des chaînes You Tube), des éléments d’enquêtes et d’études, des données fournies notamment par les organismes du comité consultatif. Ainsi des partenariats se construisent avec les grandes sources : DEPP, INJEP, SNE, CNL, DEPS, bientôt OCDE…

La publication de résultats d’études et de recherches dans un format et une rédaction favorisant la lecture par des publics larges : la collection LJ+.

Parus :
  • Comment les collégiens voient-ils les livres, J-M. Etienne
  • Livres choisis, livres prescrits, M. Vasta
  • A paraître fin 2017 et premier semestre 2018 :
  • Les adolescents en bibliothèque : Tome 1 Observations collectées par Lecture Jeunesse Tome 2 enquête nationale en partenariat avec l’ABF et soutenue par le ministère de la Culture).
  • Créer, écrire, lire : les conditions de réussite d’une médiation (à partir des deux études sur le projet numook).

Pour associer à cette construction toutes les parties prenantes, Lecture Jeunesse a mis en place un comité consultatif de l’Observatoire de la lecture des adolescents qui réunit les ministères et institutions publiques de la culture, de l’éducation et de la jeunesse, les organismes représentant les auteurs, les éditeurs, les libraires, les bibliothécaires, les organisateurs de salon ainsi que les associations militant pour le développement de la culture auprès des jeunes. Des chercheurs sont également membres du comité consultatif, nombre d’entre eux administrateurs de lecture jeunesse Je tiens à tous les remercier pour leur apport dans cette première phase de construction qui s’ouvre maintenant sur des perspectives de partenariat prometteuses. Que l’observatoire de la lecture des adolescents devienne un outil utile pour tous ceux qui œuvrent au service du développement de la lecture et de l’écriture des jeunes. L’enjeu est immense, notre mobilisation l’est aussi.


This site is protected by wp-copyrightpro.com