13e avenue, T.1

Geneviève Pettersen

Suite à la mort accidentelle de son père, Alexis est contraint de déménager à Montréal avec sa mère. Il y fait la connaissance d’Alice, dont il tombe amoureux, et d’Ernest, son voisin du dessus, un garçon mystérieux qui affirme pouvoir communiquer avec les morts.

L’intrigue de cette bande dessinée québécoise se déploie lentement et fait écho à ce que vit son personnage principal : un quotidien chamboulé et des journées d’été longues et pleines d’ennui, jusqu’à ce qu’il fasse la connaissance de ses voisins. Le récit aborde par touches une multitude de thèmes qui pourront parler aux jeunes, comme le deuil, le déracinement, les premiers émois amoureux et la solitude. Le personnage d’Ernest et les mystères qui l’entourent ajoutent une dimension fantastique à cette chronique douce-amère sur l’adolescence. Intégralement en noir et blanc, les illustrations de François Vigneault sont riches de détails qui ajoutent du réalisme du récit. Son trait rond et expressif est empreint de douceur. Le vocabulaire québécois pourra dans les premières pages déstabiliser un lecteur français, mais cela n’entrave en rien la compréhension du récit ou des dialogues. On ne peut que conseiller la lecture de ce premier tome marquant, qui pourra séduire autant les collégiens que les lecteurs plus âgés à qui il évoquera des souvenirs.

Lénaïg Le Faou

0 Commentaire

This site is protected by wp-copyrightpro.com