Colloque de l’Observatoire

 Gardons le contact. Les adolescents et le paradoxe des écrans.

4e édition du colloque annuel de l’Observatoire de la lecture des adolescents

Ouverture du colloque par Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Éducation nationale, de la Jeunesse et des Sports et Roselyne Bachelot-Narquin, ministre de la Culture

Du groupe à l’isolement, des copains à la famille, des embrassades aux gestes-barrières, la pandémie comme le confinement ont bouleversé et reconfiguré les relations. Voie d’accès vers l’extérieur depuis des logis confinés, internet, à travers l’usage des réseaux sociaux, des plateformes de visio-réunions, des sites, a permis à une partie des adolescents de continuer à se voir, à s’écrire, à se lire, à se parler, à étudier… Antérieurement redouté par les parents, l’écran est devenu au sein de la sphère familiale l’objet protecteur qui permet la rencontre en évitant ses aléas et ses risques. Pour les adolescents, fréquemment en recherche d’une « communauté », quels types de contact ont-ils été préservés, privilégiés, créés, dans ces circonstances ? Comment caractériser ces relations numériques paradoxales ?

Confrontés à cette situation nouvelle, les « médiateurs » ont, de leur côté, une représentation souvent négative de cette distance imposée. Certains pourtant ont essayé de repenser leurs actions autour de la lecture et de l’écriture des jeunes : quelles autres formes de présence ont-ils essayé de manifester ?

Dans quelle mesure la diversité des publics visés, avec par exemple leurs différences socio-économiques ou sociologiques peut-elle et doit-elle jouer sur les formes adoptées ? Celles-ci vont-elles au-delà de la simple transposition des médiations en présence réelle ? Et, si c’est le cas, comment y fait-on place aux interactions avec les adolescents, à leur initiative ?

En se déplaçant vers les gains possibles permis par la distance et les pratiques innovantes qu’elle commande, la réflexion nécessite par rebond une interrogation sur la pratique en présentiel : quels renversements de conception implique-t-elle pour les médiateurs ?

Cet événement est soutenu par le ministère de l’Education nationale, de la Jeunesse et des Sports, le ministère de la Culture, le ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation.

En savoir plus sur l’Observatoire

Informations pratiques

Mardi 15 décembre 2020 – en ligne

Gratuit sur inscription

S’inscrire

ATTENTION ! Chaque participant doit être muni d’un micro et d’une caméra qui fonctionnent pour pouvoir participer au colloque.

Télécharger la note de fonctionnement de la plateforme

9h30 > 12h30 - PARTIE 1. L'ÉCRAN FAIT-IL ÉCRAN... ?

9h30 – Ouverture

9h45 – Intervention de Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Éducation nationale, de la Jeunesse et des Sports

10h00 – Intervention de Roselyne Bachelot-Narquin, ministre de la Culture

 

10h15 – Le remue-méninge

Christine Mongenot, ancienne maîtresse de conférences en littérature, responsable du master Littérature de jeunesse: formations aux métiers du livre et de la lecture pour jeunes publics à l’Université de Cergy-Pontoise/Espé de Versailles

L’écran fait-il écran… à la présence ? – Deux interventions en simultané et au choix

10h30 – Être présent à l’autre avec l’écran

Christine Cannard, psychologue clinicienne, docteur en Psychologie du développement, de l’enfant et de l’adolescent. Ingénieur de Recherche INSERM

10h30 – Derrière l’écran : les pratiques culturelles dématérialisées des 15-24 ans

Raphaël Berger, directeur des Etudes et de l’Offre Légale Hadopi

Quand l’écran élargit la relation – Deux interventions en simultané et au choix

Comment l’écriture et la lecture peuvent-elles être des moyens de garder le contact, avec soi-même, avec les autres ?

11h00 – De Mots d’Ados à La vingtaine en quarantaine : quand les ados se racontent

Irvin Anneix, artiste multimédia

11h00 – « Correspondances », ce que les ados écrivent du confinement

Joëlle Bordet, psychosociologue et chercheuse au CSTB (Centre scientifique et technique du bâtiment)

L’écran, écran ou fenêtre pour les apprentissages formels – Deux interventions en simultané et au choix

Les compétences numériques scolaires et électives des ados : plutôt que de parler de décrochage pendant le confinement, comme si celui-ci marquait une rupture dans les usages du numérique, voyons plus largement l’état des lieux, indépendamment de ce moment conjoncturel. Quelle est, de fait, l’appropriation du numérique par les enseignants et son impact sur les apprentissages des ados : quels sont ses intérêts et sur quels critères reposent les inégalités ?

11h45 – Usages scolaires

« Que sait-on de l’influence du numérique sur les pratiques des enseignants et sur les apprentissages scolaires des élèves en France aujourd’hui »

André Tricot, professeur de psychologie cognitive à l’Université Paul Valéry Montpellier 3 (laboratoire Epsylon)

11h45 – Usages hors scolaires

« Des usages juvéniles du numérique aux apprentissages hors la classe »

Anne Cordier, maître de conférences en Sciences de l’Information et de la Communication, responsable du Master MEEF PRODOC (PROfesseur DOCumentaliste)

14h00 > 15h30 - PARTIE 2. AGORA : VOUS AVEZ LA PAROLE

14h00 – L’écran fait-il vraiment écran… à la « médiation » ?

La présence passe-t-elle toujours par le corps ? Quelles autres formes de présence peuvent-elles se manifester à distance ? A quelles conditions ? Quels obstacles rencontrent-elles ? Comment penser la présence dans cette relation à distance : quelles interactions concevoir et sous quelles formes ? En quoi certaines pratiques innovantes peuvent-elles, à l’inverse, rejaillir sur la pratique en présentiel (rôle relatif de la voix, de l’image, de l’écrit) ? Quels déplacements (renversements) de conception pour les médiateurs ?

Alina Nastase Gonzalez Mediano, ATER Didactique de la littérature, INSPE

14h30 – Un bouleversement des représentations ?

Discussions en petits groupes – Les participants échangent sur les questions soulevées depuis le matin. Restitution en plénière
15h30 > 16h45 - PARTIE 3. QUAND LES MÉDIATEURS GARDENT LE CONTACT

La représentation négative de la médiation à distance se heurte à un modèle de la médiation de contact qui permet la flexibilité, l’improvisation, l’adaptation. Lorsque l’on passe à une médiation « à distance », cela suppose une structuration beaucoup plus forte, une pensée anticipatrice.

De l’offre à médiation numérique – Les participants pourront suivre 2 interventions différentes dans l’après-midi.

15h30 – Les éditeurs et le numérique

15h30 – Lire ou faire lire à distance

16h00 – Faire écrire les ados avec des fanfictions

Magali Brunel, maîtresse de conférences habilitée à diriger des recherches au sein de l’ESPE de l’université côte d’azur, membre du laboratoire LiNE

16h00 – Racine et Facebook

Si les réseaux sociaux ont tendance à être considérés comme un loisir, éloignant de l’école et de la lecture, plusieurs enseignants de français tissent au contraire des liens entre Facebook ou Instagram et des œuvres littéraires patrimoniales. Il s’agira d’observer, comprendre et interroger cette pratique à travers l’exemple de la lecture d’une tragédie de Racine, Iphigénie : dans quelle mesure les réseaux sociaux, loin d’éloigner le jeune lecteur, permettent-ils au contraire de construire des passerelles entre eux et une culture littéraire qui n’est pas la leur ?

Claire Augé, Enseignante de Lettres Modernes en lycée et formatrice à l’Inspé de Lyon

16h30 CONCLUSION : UN DÉCALAGE ENTRE LES DOGMES ET LES OBSERVATIONS ?

Que garde-t-on de l’expérience de cette période pour après ? Que doit-on corriger de ce qui existait avant ? En quoi cette expérience imposée est-elle un révélateur des failles du modèle précédent mais en quoi, également, l’expérience en cours remet-elle en question les croyances sur les apports ou les méfaits du numérique et des écrans ?

Nous aussi, « gardons le contact » : RDV mardi 29 juin 2021 (visio, 2h)
Quelles actions, quelles réflexions après cette journée ?

0 Commentaire

This site is protected by wp-copyrightpro.com