SUITE AUX DERNIÈRES RESTRICTIONS SANITAIRES, LE COLLOQUE AURA LIEU EN LIGNE

Colloque de l’Observatoire

 Écrire pour lire

5e édition du colloque annuel de l’Observatoire de la lecture et de l’écriture des adolescents

Et si l’écriture incitait à la lecture ? Comment les différentes pratiques d’écriture, les différents supports utilisés, peuvent-ils conduire des adolescents vers la lecture ? Et que sait-on, au fait, de leurs pratiques d’écriture… ? C’est précisément ce que vise à éclairer la grande enquête nationale lancée en 2022 par Lecture Jeunesse qui sera présentée lors de ce colloque. La journée abordera les spécificités des conceptions et des représentations françaises sur le sujet. Quels sont aujourd’hui les liens tissés entre l’écriture, la lecture et l’expression orale ? En quoi, sous quelles conditions, des projets d’écriture peuvent-ils inciter des jeunes à lire des livres, des textes de toute espèce, à construire leurs goûts, et à se construire en tant que lecteur ?

La bataille contre l’illettrisme représente un enjeu essentiel des politiques publiques en 2022, comme le montre l’inscription de la lecture comme « grande cause nationale ». Cette préoccupation qui s’attache particulièrement à la jeunesse suppose cependant que l’on intervienne dans le double-champ du lire-écrire, en pensant très fortement l’articulation entre les deux volets de la rencontre avec l’écrit : sa production comme sa réception.

Concernant les adolescents, les nombreuses activités aujourd’hui promues pour susciter ou favoriser leur appétence pour les « livres » et les « textes » les considèrent souvent comme « récepteurs » de ces textes, plus rarement comme leurs potentiels producteurs. Par ailleurs le modèle implicite de l’écrit, ou du texte auquel il s’agirait de faire accéder les jeunes reste prioritairement d‘essence littéraire et laisse relativement inexploré le continent des écrits « non littéraires » que la vie sociale requiert pourtant massivement. Comment interpréter à la fois cette apparente dissociation du lire et de l’écrire, et ce primat de l’écrit littéraire ? Faut-il voir là l’effet d’une tradition française et scolaire qui a longtemps pensé la production écrite comme seconde par rapport à la lecture dans la chronologie des apprentissages ? Où chercher la source d’une représentation résistante qui peine à valoriser, en dehors de la littérature, tous les autres écrits que requiert la vie sociale et dont la maîtrise peut être source d’une acculturation dynamique ?

En inscrivant comme titre de cette journée la problématique « écrire pour lire » Lecture Jeunesse se propose, par ce contrepied, d’investiguer d’autres voies possibles d’action en direction des adolescents pour les engager dans la littéracie autant que pour développer le goût pour la littérature.

L’association poursuit ainsi son action en réactivant ses fondamentaux : changer les représentations, aller au-delà des idées reçues pour faire évoluer les gestes professionnels au bénéfice des jeunes.

Cet événement est soutenu par le ministère de l’Education nationale, de la Jeunesse et des Sports, le ministère de la Culture, le ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation.

En savoir plus sur l’Observatoire

 
PROGRAMME

9h20-9h30 – Ouverture

9h30-10h00 – « Le remue-méninges du colloque » : écrire pour lire ?

Rendez-vous récurrent, le « remue-méninges » ouvre chaque année la journée de l’Observatoire : chaînage entre ses colloques, il synthétise les grandes questions des éditions précédentes pour les relier au thème ou aux enquêtes de l’année. Pourquoi donc s’intéresser au lien écriture-lecture dans cette année de la lecture, déclarée Grande cause nationale ?

Christine Mongenot, maîtresse de conférences en littérature française et membre associée du laboratoire AGORA de l’Université de Cergy-Pontoise, ancienne responsable du Master « Littérature de jeunesse – formations aux métiers du livre et de la lecture pour jeunes publics » à l’Université de Cergy-Pontoise/Inspé de Versailles

10h00-11h00 – L’écriture vs la lecture, une position très française ?

Pourquoi y a-t-il tant d’enquêtes sur la lecture sans prise en compte de l’écriture, alors que la sélection de l’école repose précisément sur le travail écrit ? Un détour historique permet de rappeler que la construction de l’école s’est centrée sur l’apprentissage de savoirs. L’école s’est donc consacrée essentiellement à la lecture utilisée comme vecteur de connaissances, au détriment de l’écriture, l’impensé de la scolarité. Or, toutes les évaluations sont paradoxalement écrites ! Une remontée dans le temps montre même que c’est par l’apprentissage de l’écriture que l’on apprenait à lire (et à se relire) jusqu’au bouleversement de l’invention de l’imprimerie qui a séparé les deux apprentissages. Jusqu’à aujourd’hui, la lecture est restée le point d’attention phare de l’école. L’écriture, quant à elle, est en tension entre un discours et des attendus majoritairement littéraires, et la réalité scolaire reposant sur des écrits de travail fonctionnels, souvent dévalorisés. Pourtant, c’est pour rendre des travaux écrits que les jeunes sont incités à lire aujourd’hui, et que certaines pratiques de lecture – numériques pour partie d’entre elles – se sont fortement accrues sinon démocratisées.

Anne-Marie Chartier, maîtresse de conférences au Service d’histoire de l’éducation (INRP, aujourd’hui IFE) retraitée, chercheure associée au LARHRA (Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes) de Lyon2/ENS-Lyon

11h00-11h15 – Pause

11h15-11h30 – Les relations écriture-lecture dans les enquêtes internationales

Corinne Heckmann, analyste à la Direction de l’Education de l’OCDE

11h30-11h50 – L’écriture, qu’en disent les jeunes ?

Lancement de l’enquête nationale inédite sur les pratiques d’écriture des adolescents 2022 de l’Observatoire de Lecture Jeunesse

Soutenue par le ministère de la Culture, l’INJEP et la Fondation La Poste

Sonia de Leusse-Le Guillou, directrice de Lecture Jeunesse

11h50-12h20 – Dialogue avec Aude Biren : retours d’expériences sur des ateliers ados

Aude Biren, comédienne, formatrice, animatrice d’ateliers d’écriture

Animé par Sonia de Leusse-Le Guillou, directrice de Lecture Jeunesse

12h25-12h45 – Prises de parole officielles

12h45-14h15 – Déjeuner

14h15-14h45 – Témoignage de Timothée de Fombelle

14h50-16h00 – Des projets d’écriture pour inciter les ados à la lecture

« Sampler Baudelaire » au Lycée Pablo Neruda de St-Martin-d’Hères

Claire Augé, enseignante agrégée de Lettres Modernes en lycée et Chloé Kobuta, créatrice sonore, podcasteuse, ébruiteuse d’histoires

Écrire pour transposer et jouer autrement : l’histoire d’une réappropriation de Tchekhov (Sur la Grand Route) au théâtre du Pélican

Sophie Rieu, administratrice

Un projet « jusqu’au sommet » : documentaire, écriture créative et menuiserie au BTP CFA des Savoie Saint Alban-Leysse

Marine Doinel, chargée de mission numook, Lecture Jeunesse

16h05-16h35 – Écrire pour « écouter lire »

Christophe Rioux, universitaire, journaliste et écrivain

16h35-16h50 – Rencontrer ceux qui écrivent pour inciter à la lecture

Marie Ameller, cheffe du département de la diffusion au Centre national du Livre

17h00 – Clôture

Informations pratiques

Jeudi 20 janvier 2022 – de 9h00 à 17h00

EN LIGNE

Gratuit sur inscription – clôture des inscriptions mercredi 19 janvier

S’inscrire

0 Commentaire

This site is protected by wp-copyrightpro.com