50 cents

Thomas Carreras
Coup de ♥ 2013  

Ce livre réunit une galerie de personnages tous plus déjantés les uns que les autres : un mafieux russe un poil susceptible, une rousse incendiaire très portée sur la gâchette, un ancien chef de guerre africain sur la machette… Autant de figures incroyables et détonantes, réunies autour d’une pièce de 50 cents magique, censée porter chance à son propriétaire. Impossible de ne pas penser à Tarantino en lisant le livre de Thomas Carreras : les personnages font des concours de gros flingues, les balles partent dans tous les sens, le sang gicle et les références fleurissent à tous les coins de pages. Le jeune auteur a cependant su s’emparer de l’univers du maître en le transposant à son propre médium : il s’amuse avec le support livre, à coup de note de bas de pages abusives et foisonnantes d’autodérision sur son statut d’écrivain, d’adresses à son lecteur, son éditeur et même… à sa mère ! Le ton impertinent et drôle confère à ces intrusions répétées de l’auteur un caractère jouissif, tout comme l’enchaînement de situations rocambolesques qu’il se plaît à déclencher. A un rythme endiablé, ce livre balade son lecteur dans les affres d’une bonne dizaine de personnages qui se croisent, veulent régler leurs comptes, se tirent dessus, etc. Thomas Carreras n’hésite pas à alterner sauts dans le temps, changement de point de vue et digressions. Le résultat, rythmé, explosif et enthousiasmant, ne ressemble à rien de connu. Influencé par le cinéma et par un bagage musical rock’n’roll, ce roman se situe à la croisée des genres et insuffle l’énergie et la fougue de sa jeunesse à son lecteur. A ce titre, les adolescents vont, à coup sûr, se passionner pour ce livre. On attend d’ailleurs avec hâte le prochain roman de cet auteur prometteur.

Marieke Mille

0 Commentaire

This site is protected by wp-copyrightpro.com