A cloche-pied

Raky et Mbépongo Dédy Bilamba

aky, jeune femme d’originaire sénégalaise, a quitté Paris pour suivre un cursus universitaire à Montréal. Victime d’une grave infection, elle doit être amputée d’une jambe. Sportive de haut niveau, mannequin, elle doit assumer un corps qui ne lui obéit plus et qu’elle trouve affreux. Le récit livre en flash-back cette douloureuse épreuve. Ce témoignage, écrit avec l’aide d’une journaliste, n’échappe pas à une certaine accumulation de détails sur la dégradation du corps. Cependant, l’ouvrage a le mérite de montrer l’importance de l’entourage et de l’amour familial dans la guérison et la résilience. Il aura fallu plus de dix ans pour que la jeune femme, promise à un brillant avenir, trouve à nouveau une place dans la société, reprenne des études et s’engage dans un métier qui la passionne. Facile à lire, sous une belle jaquette, l’ouvrage pourra être proposé à des adolescentes peu enclines à la lecture, mais qui recherchent des récits authentiques et forts en émotion. On pourra suggérer à la suite de cette lecture Danbé, écrit par Aya Cissoko et Marie Desplechin (Calmann-Lévy, 2011), sur le parcours d’une fillette malienne qui, après avoir perdu son père et une partie de sa fratrie dans un incendie criminel, décide de devenir une championne de boxe : ce sport la galvanise, mais elle sera mise à rude épreuve. A travers ce témoignage-ci, raconté sans pathos par une écrivain talentueuse, on ressent encore davantage la fierté d’une jeune femme à la carrière exemplaire, admise à Sciences Po.

Cécile Robin

0 Commentaire