Cœur de loup

Katherine Rundell

Dans la Russie pré-révolutionnaire, Marina est ensauvageuse : elle réintègre dans la nature des louveteaux domestiques, abandonnés par des aristocrates dépassés par ces bêtes mal adaptées aux salons. Mais l’armée du Tsar et le général Rakov sont fermement décidés à se débarrasser d’elle. Sa fille, Féodora, va se lancer en compagnie de ses loups dans une quête insensée pour retrouver sa mère enfermée à Saint-Pétersbourg. Ce récit d’aventure est d’une beauté rare, renforcée par les magnifiques clairs-obscurs de Gelrev Ongbico et par l’absence de précisions historiques et géographiques, qui crée une atmosphère de conte enneigée et intemporelle. L’héroïne ressemble aux loups qu’elle aime : attachante et courageuse, farouchement indépendante et sauvage. Le roman, à la fois passionnant, haletant et envoûtant, encourage à affronter ses peurs et ne fait pas l’impasse sur la violence de l’époque tout en restant adapté à de jeunes lecteurs, ce qui devrait lui garantir un succès fort et durable.

Claude Demoucron

0 Commentaire