Daddy est mort… Retour à Sarcelles

Insa Sané

Ce quatrième roman d’Insa Sané succède à Sarcelles-Dakar et on y retrouve un certain nombre de protagonistes de cette « Comédie Urbaine ». Daddy vit à Sarcelles. Ce Noir de 20 ans va bientôt être père, ce qui lui donne l’espoir de construire, enfin, une vie heureuse. Abandonné par sa mère, Eléonore, prostituée et droguée, il a été élevé par son grand-père, ancien champion de boxe. Mais le passé le rattrape quand sa mère lui révèle l’identité de son père, scellant ainsi sa mort certaine et déclenchant de sanglantes opérations punitives entre bandes de Sarcelles et du 19e arrondissement de Paris. Ce roman policier est écrit comme un drame romantique, en cinq épisodes, qui mêle le sang, l’amour, les larmes et le rire dans le contexte des bas-fonds urbains de 1995 ! Il s’agit bien d’un récit où le conteur, maître de la parole, entraîne son lecteur en brossant une large fresque où il manipule ses acteurs. Les rôles sont distribués dans le « casting » préliminaire et chacun joue sa partition dans le ton de son personnage : d’un côté l’Ogre et ses flics pourris, de l’autre le Pasteur, insaisissable chef de gang et trafiquant de drogue. Difficile d’échapper au déterminisme social pour ces jeunes de banlieue. Comment exister, si ce n’est en trafiquant soi-même et en commettant bien des folies par amour, car il n’est pas question de travailler comme leurs parents, usés à la tâche. Certes les « pourris » sont éliminés grâce à l’obstination de l’honnête policier noir mais, au fond, c’est une morale bien conformiste qui sous-tend le récit : les rôles féminins se limitent, encore une fois, essentiellement à la maman et la putain, et le salut reste la famille traditionnelle. Quant à la verve de l’auteur, imprégnée du rythme du slam, elle n’échappe pas aux outrances faciles et caricaturales, multipliant les citations littéraires et l’autopromotion. Est-ce indispensable pour légitimer ce texte ? A trop vouloir rappeler des contextes historiques – Commune de Paris, émeutes des banlieues de 1995 –, et l’actualité politique, le risque existe de verser dans le démonstratif, quitte à agacer le lecteur.

Colette Broutin

Lire dans la version pdf de la revue

0 Commentaire

This site is protected by wp-copyrightpro.com