Dans de beaux draps

Marie Colot

Le quotidien de Jade l’automne de ses 14 ans est tout sauf banal. Même si sa vie au collège ressemble à celle de toutes les adolescentes, chez elle, la situation est différente. La famille n’est pas recomposée, elle est recollée de toutes parts, entre ses demi-frères, ses sœurs par alliance et enfin son beau-père et ses quatre enfants. L’arrivée de Rodolphe, un nouveau demi-frère séduisant et mystérieux, fait tourner la tête de Jade, qui poste, à l’insu de ce dernier, une photo sur Facebook qui alimente les rumeurs d’une possible relation entre eux. Tout dérape alors très rapidement. Les jalousies, les insultes et les menaces fusent, et transforment le quotidien de Jade en épreuve angoissante. Ce récit, qui traite de l’identité numérique chez les adolescents de façon réaliste et crédible, a le mérite de ne pas tomber dans la moralisation. La progression de la réflexion de Jade amène sa prise de conscience des risques auxquels elle s’est exposée. Pourtant, jusqu’aux révélations finales, le ton reste positif grâce à la peinture décapante de la famille recomposée à l’extrême où les sentiments se confondent et où le manque de repères familiaux est contrebalancé par une forte solidarité. Même si le roman aborde les problématiques fréquentes dans les ouvrages qui traitent de l’identité numérique et des réseaux sociaux, il se distingue par son rythme. Les souvenirs de Jade, réactivés par l’apparition de Rodolphe, permettent d’étoffer l’histoire, et donnent au lecteur la sensation d’une spirale infernale.

Floriane Jaud

0 Commentaire