Green Class, T.1

Jérôme Hamon

De retour d’un voyage scolaire, un groupe d’adolescents découvre qu’un virus se propage aux États-Unis, transformant les personnes infectées en monstres agressifs. Pour stopper la propagation de l’épidémie, les autorités ont mis en place une quarantaine : les adolescents sont bloqués loin de chez eux et contraints de s’en sortir seuls.

L’invasion de zombies place cette bande dessinée dans le genre du survival post-apocalyptique, foisonnant au cinéma comme en littérature jeunesse. On peut citer parmi d’autres récits du genre Encore faut-il rester vivants d’Anne Ferrier, Les Proies d’Amélie Sarn ou Zombie Ball de Paolo Bacigalupi. Néanmoins, si les adolescents en sont friands, peu de bandes dessinées adaptées aux jeunes lecteurs avaient jusqu’à présent développé ce thème. Green Class reprend la construction et les scènes emblématiques de ce type de récit, telles que la mise en place des règles de la survie ou les luttes de pouvoir au sein du groupe, en y ajoutant une réflexion sur la nature et l’écologie. L’intrigue de ce premier tome est nerveuse : le lecteur se retrouve plongé dès les premières pages dans une action qui ne faiblit pas. Si on espère que les personnages, assez stéréotypés et creux, évoluent au cours des prochains tomes, la thématique de cette bande dessinée, son rythme soutenu ainsi que le dessin qui évoque celui des mangas pourront plaire aux adolescents dès la classe de 4e.

Lénaïg Le Faou

0 Commentaire

This site is protected by wp-copyrightpro.com