Kill All Enemies

Melvin Burgess

Dans ce roman polyphonique, Melvin Burgess donne la parole à trois adolescents en souffrance. Billie, 14 ans, rejetée par sa mère alcoolique, terrifie ses familles d’accueil par son agressivité et son penchant pour les combats violents. Rob, frappé par son beau-père et victime de harcèlement au collège, rêve d’échapper à son sort en devenant batteur dans un groupe de heavy metal. Quant à Chris, il refuse de faire ses devoirs depuis de nombreuses années et se construit en opposition radicale avec la volonté de ses parents. Au collège, il joue le meneur pour détruire l’autorité de ses professeurs. Le hasard des rencontres les réunit un bref instant dans un établissement spécialisé où le directeur et une éducatrice, Hannah, se mobilisent pour leur venir en aide. Sans jamais perdre espoir, ils misent sur le potentiel de jeunes en quête d’amour maternel et de reconnaissance. Le point de vue narratif place le lecteur dans l’intimité des personnages, au cœur de leurs angoisses et de leurs tentatives désespérées pour combattre l’injustice et les humiliations. Ainsi, Melvin Burgess met en cause les responsabilités parentales, l’institution scolaire, la police, et rend hommage à ces éducateurs intelligents et dévoués qui consacrent leur vie aux adolescents à la dérive. Le lecteur est emporté par le rythme des péripéties, des situations sordides, des dialogues orduriers, mais aussi par celui de « Kill All Enemies », leur groupe de heavy metal, exutoire d’une formidable énergie, fédérateur de leur besoin de liberté et d’amour. À conseiller à des lecteurs avertis comme un message d’espoir !

Colette Broutin

Réseau de lecture : Lecture Jeune a consacré un numéro à Melvin Burgess (septembre 2011, n° 139) Lire dans la version pdf de la revue

0 Commentaire

This site is protected by wp-copyrightpro.com