La Différence invisible

Julie Dachez

Marguerite a 27 ans. En apparence, rien ne la distingue des autres. Jolie et intelligente, elle travaille dans une grande entreprise et vit en couple. Pourtant, elle a du mal à s’intégrer et se sent constamment agressée par le bruit. Son emploi du temps semble immuable, contraint par des obsessions comme le trajet à emprunter, les vêtements à porter ou les activités à effectuer. Après quelques rencontres et lectures, elle découvre qu’elle est autiste Asperger – une forme de la maladie qui n’induit ni déficience intellectuelle ni retard de langage, mais qui résulte en une appréciation confuse de la vie et de l’environnement. Cette bande dessinée, qui peut paraître trop optimiste pour des personnes atteintes du syndrome, est extrêmement utile pour tous ceux qui ne connaissent pas cette maladie et ont des idées préconçues sur l’autisme. Le regard des autres est traité avec beaucoup de lucidité. Le lecteur prend conscience des difficultés rencontrées au quotidien par les autistes : ne pas avoir l’air malade mais se comporter différemment des autres est très souvent mal compris. Les illustrations, grâce à leur jeu sur les couleurs, transmettent avec force les émotions du personnage ; les mots pourraient presque sembler accessoires, tant le message délivré par les images est limpide. L’auteur raconte ici sa propre histoire, ce qui rapproche finalement le livre du documentaire. L’ouvrage est préfacé par deux grands spécialistes de l’autisme et suivi d’un dossier clair, précis et accessible à tous.

Claude Demoucron

0 Commentaire