La faucheuse T.1

Neal Shusterman

Dans un avenir indéterminé, la mort et les maladies ont été éradiquées. Le problème de surpopulation est donc géré par les Faucheurs, chargés de « glaner » des individus – un métier douloureux mais indispensable. Citra et Rowan, deux adolescents, sont recrutés malgré leurs réticences par un maître qui a décelé en eux les qualités nécessaires à cette tâche, tandis qu’un groupe de Faucheurs dissidents assoiffés de sang met à mal les rouages bien huilés de l’organisation. Dans ce récit captivant, le sens moral du lecteur est malmené : la narration rend attachants des assassins qui, bien qu’honnêtes, tuent certaines personnes et en épargnent d’autres au nom de l’équilibre collectif. D’autres personnages, en revanche, considèrent que l’éthique rigoureuse qui régule les « glanages » est archaïque, et s’adonnent avec plaisir à de violentes tueries où le sang coule à flot. Les descriptions très graphiques de ces scènes parfois insoutenables provoquent le malaise. Cependant, les héros sont bien construits, avec leurs hésitations face à la mission qui les attend et l’amour interdit qui naît entre eux. Quant à la structure, si elle semble compliquée au début, elle est finalement cohérente avec l’intrigue : les Faucheurs étant obligés de tenir un journal, les chapitres sont entrecoupés d’écrits des différents maîtres. La série Les Fragmentés (éd. du Masque), du même auteur, pourra être conseillée à ceux qui souhaitent retrouver la plume de Shusterman dans un autre univers.

Claude Demoucron & lu et conseillé par Soizik Jouin et Oihana Olazcuaga-Garibal

0 Commentaire