La Foule, elle rit

Jean-Pierre Cannet

La scène se passe dans un pays où, pour trouver du travail, il faut s’exiler et traverser la mer au péril de sa vie. La vieille mère aimante, usée par la vie, a trois fils, Frère-Frère, Frère-Frère Second Du Nombre et Zou le plus jeune qui a un vrai talent de clown, pour la plus grande joie de son entourage. Les deux aînés sont déjà partis et Zou s’apprête à faire la même chose. Dans cette famille, il n’y a pas vraiment de frontière entre le monde des morts et celui des vivants. C’est ainsi que Zou apprend de la voix même de ses frères les circonstances terribles de leur mort et reçoit leurs conseils. Clandestin, il passe la frontière en faisant rire la police au lieu de se cacher. Mais trouver un emploi dans un cirque minable n’est pas faire fortune et la mère de Zou meurt avant qu’il puisse la rassurer et l’aider. Cette histoire pourrait être désespérante. Ce n’est pas le cas : aucun des personnages ne se lamente devant la dureté de son destin. Leur échec malgré leur courage et l’amour indéfectible qui les lie font de leur histoire une tragédie. Mais la mort n’est pas une séparation définitive ; le dialogue, la tendresse continuent à tisser des liens entre eux. Le lecteur se surprend à sourire et à espérer.

Nicole Wells

Lire dans la version pdf de la revue

0 Commentaire

This site is protected by wp-copyrightpro.com