La Maison du pont

Aiden Chambers

Jan, 17 ans, a une crise de « vagalame » qui le pousse à tout quitter – sa famille, sa copine Gill, ses études – et à devenir gardien d’un pont à péage. Aidé de Tess, la fille de son patron qui devient sa meilleure amie, il reprend lentement pied dans la vie. Mais ce fragile équilibre est rapidement bouleversé par l’arrivée d’Adam, un vagabond au passé flou qui s’installe un peu de force avec lui. Qui est réellement cet adolescent fascinant ? Et d’où vient-il ? Publié en Angleterre en 1992, le roman analyse l’étrange cohabitation d’un trio en quête identitaire, vacillant entre bonheur et angoisse, violence et désir de l’autre. Aiden Chambers décrit cette atmosphère trouble dans un style qui jongle avec l’humour, l’angoisse et la poésie, en mêlant les voix des trois principaux protagonistes aux voix extérieures de Gill et des parents inquiets de Jan. La réussite de ce magnifique roman tient non seulement à la retranscription précise des questionnements existentiels propres à l’adolescence, mais aussi à sa fin inattendue qui donne un nouvel éclairage à tout le récit.

Marianne Joly

Lire dans la version pdf de la revue

0 Commentaire

This site is protected by wp-copyrightpro.com