La Rose la plus rouge s’épanouit

Liv Strömquist

Chaque bande dessinée de cette autrice suédoise aborde un sujet de société dans lequel les hommes et les femmes fonctionnent différemment. Ici, c’est la séduction et l’amour qui sont à l’honneur. Liv Strömquist part d’un exemple connu : Leonardo DiCaprio enchaîne les conquêtes sans (visiblement) jamais tomber amoureux.

À l’aide de penseurs du monde entier qu’elle vulgarise au travers d’exemples concrets, Liv Strömquist amène à réfléchir sur la socialisation des hommes et des femmes. Le format de la bande dessinée saura plaire aux adolescents, malgré les graphismes en noir et blanc auquel il leur faudra peut-être s’adapter.

Cassandra Buigues

En se basant principalement sur les travaux de la sociologue franco-israélienne Eva Illouz, l’autrice montre comment le mode de pensée capitaliste a infiltré notre intimité. Impensable aujourd’hui pour de nombreux jeunes adultes de « tomber » amoureux ; l’abandon de soi et le lâcher-prise ne sont pas valorisables. Le choix narcissique d’un partenaire parmi un marché de « produits » disponibles et jetables, via des applications comme Tinder, a remplacé l’engagement unique et la fidélité qui ont fondé les valeurs familiales pendant des siècles. Mais si cette vision du monde promet la liberté et l’indépendance totales, peut-elle aussi apporter une réelle satisfaction ? À contre-courant des idéologies contemporaines, la bande dessinée apporte une réflexion originale et profonde sur la quête de bonheur et d’amour qui parlera à tous les jeunes adultes.

Christelle Gombert

0 Commentaire

This site is protected by wp-copyrightpro.com