Le Bonheur est un déchet toxique

Manu Causse

Nathanaël a passé presque quatre ans au chevet de son père mourant d’un cancer en banlieue parisienne. Le voilà catapulté chez une mère qu’il croyait morte, qui vit en pleine campagne, qui est végane et bien d’autres choses étranges aux yeux de l’adolescent. Celui-ci, qui entend son père dans sa tête, décide de ne pas parler à sa mère qu’il ne veut pas connaître. Mais il rencontre finalement des habitants de cet endroit rural menacé par un projet de décharge, et croise la route de la lumineuse Zoé.

Nathanaël est le narrateur sensible de ce très beau roman initiatique. Au contact de sa nouvelle famille, de ses nouveaux amis et d’une réalité qui lui était jusque-là inconnue, ce garçon éprouvé par son deuil va s’ouvrir, changer et renaître. L’humour malicieux de Manu Causse, dans ce texte grave, se fait plus discret que dans ses œuvres précédentes. Le ton et la voix du héros, dans sa mauvaise foi parfois, dans ses restes d’enfance qui ressurgissent, sonnent toujours juste. L’émotion affleure constamment au fil de ce récit pudique, dense et très finement écrit.

Clara Delmas

0 Commentaire

This site is protected by wp-copyrightpro.com