Le Cycle d’Inari, T.1

Winston Wilsteiner

Pris entre ses débuts en tant que dessinateur et sa petite amie qui le presse de trouver un emploi et de se marier, Winston est brusquement assailli par un mal étrange. Ses jambes le font atrocement souffrir, sans que les médecins ne décèlent rien d’identifiable. Est-ce cette douleur qui déclenche chez lui la remise en question, ou l’inverse ? Après les hallucinations provoquées par les antidouleurs et une aventure romantique passagère mais apaisante, Winston finit par découvrir un livre sur l’harmonie entre le corps et l’esprit. Les vues d’ensemble très détaillées donnent au dessin les allures d’un Taniguchi coloré, et les planches d’aquarelles aux tons pastel confèrent une grande douceur à ce récit autobiographique sur le passage chaotique à l’âge adulte. Le lecteur s’égare avec le héros dans un voyage intime qui relate un moment de vie charnière, lors duquel les choix deviennent paralysants, au sens propre comme figuré, et où l’on semble se noyer avant de trouver la voie vers son avenir. On attend la suite de ce premier tome tout en délicatesse d’un diptyque qui aurait pu être sombre mais n’a pourtant rien de déprimant.

Aude Biren & lu et conseillé par Yaël Wilson

D’abord prometteur du fait de son superbe graphisme, Le Cycle d’Inari présente en fait des problématiques adultes et un personnage très auto-centré.

Tom Lévêque & Adeline Quéru

0 Commentaire