Le Pierrot infernal

Claire Mazard

Les premiers jours de l’été bercent l’amour naissant entre Simon et Capucine. Cafés en terrasse, promenades main dans la main, les deux jeunes étudiants profitent d’un Paris nonchalant. Ce matin-là, à l’aube, ils se retrouvent à la foire du Trône encore déserte avant que Simon ne se rende au fast-food où il travaille. La découverte du cadavre d’une jeune femme défigurée met fin brutalement à leur insouciance. Et, quelques jours plus tard, lorsqu’ils sont à nouveau témoins d’un autre crime similaire, les soupçons du commissaire Palmero se tournent vers Simon. Les meurtres s’enchaînent et les preuves compromettantes s’accumulent. Malheureux hasard ou réelle culpabilité ? « On joue encore à Pierrot et Colombine ? » L’introduction de ce court roman pose rapidement le ton et invite le lecteur à participer à un jeu de piste haletant. L’enquête bien ficelée s’amuse avec les émotions des personnages, tour à tour apeurés, suspicieux, déterminés. Se fier aux évidences ou croire celui que tout accuse, écouter son cœur ? Les théories et les certitudes se tissent aussi rapidement que le récit les piétine. Indices trop grossiers pour être vrais, détails trop insignifiants pour y prêter attention, le lecteur hésite et revoit son jugement au fil des pages, pour mieux être surpris par le dénouement.

Amélie Mondésir

Lire dans la version pdf de la revue

0 Commentaire

This site is protected by wp-copyrightpro.com