Le Sourire de la guerre

Sylvie Baussier

En 1920, trois amis vivent une situation cruelle et absurde ; leur village est coupé en deux par la guerre que se livrent Russes et Polonais. Alors qu’ils ont tous trois grandi ensemble, Icek et Moshe vont se trouver séparés de Lev par une frontière invisible mais pourtant bien réelle. Lorsque les soldats passent pour enrôler les jeunes, Icek se cache une première fois de peur de combattre ses camarades, mais ce subterfuge est provisoire. Au passage suivant de l’armée, il lui faudra trouver une solution définitive pour échapper à la conscription sans que sa famille ne soit victime de représailles. Car seuls les estropiés évitent le combat… A partir de l’histoire tragique vécue par son grand-père, Sylvie Baussier livre une nouvelle percutante. Les phrases brèves et le style concis confèrent au récit une force terrible, sans apitoiement : enrôlement ou pacifisme, des mots concrets pour ces adolescents d’alors, victimes d’une guerre sournoise. Reconnue pour ses documentaires de qualité, l’auteur signe une fiction qui retiendra l’attention des lecteurs en fin de collège ou au lycée. A l’instar des titres de la collection « D’une seule voix » d’Actes Sud, cette fiction courte peut faire l’objet d’une lecture orale. Bibliothécaires et documentalistes se doivent de relayer auprès des enseignants et des élèves cet ouvrage qui permet une entrée dans l’Histoire méconnue d’une Europe où se déroulèrent aussi des pogroms.

Cécile Robin

Réseau de lecture : Ce texte évoque immanquablement Guerre, et si ça nous arrivait ? de Janne Teller (Les grandes personnes, 2012, voir Lecture Jeune n° 141). L’un et l’autre seront des pistes fructueuses de réflexion et de débat sur les conflits d’hier ou d’aujourd’hui. Courts et peu onéreux, ils peuvent circuler aisément dans des ateliers auprès d’adolescents quels que soient leur âge ou leur appétit de lecture.

0 Commentaire