Le Tueur à la cravate

Marie-Aude Murail

Aidée de son amie Déborah, Ruth décide de créer un faux compte au nom de son père sur le site perdu-de-vue.com. Elle poste aussi une photo datant de sa terminale. Très vite, les réactions fusent : Ruth découvre d’abord que celle qui se tient aux côtés de son père n’est pas sa mère mais sa sœur jumelle, ensuite que son père a été soupçonné du meurtre de cette femme, et enfin que celui qui fut arrêté pour ce crime vient de sortir de prison. Commence alors une série d’étranges coïncidences : le père est arrêté à cause du sang de la baby-sitter, un nouveau crime est commis, les femmes enceintes meurent souvent… Pour le lieutenant Kim, c’est l’occasion de faire ses preuves. Ce roman policier est très bien orchestré grâce aux indices semés au fil de l’histoire qui ne peuvent s’unir correctement avant le dénouement. Aussi, l’auteur porte un regard critique sur les nouvelles formes de communication : si les réseaux sociaux, comme Facebook, et autres blogs font partie du quotidien, il faut savoir en user avec modération. D’ailleurs, Marie-Aude Murail explique les motivations de ses remarques dans le journal de bord qui complète le roman. En une cinquantaine de pages, le lecteur curieux peut ainsi découvrir les sources de l’auteur et ses convictions. Au final, ce supplément donne envie de reprendre la lecture du roman pour, d’une part, mieux repérer les indices de l’énigme policière et, d’autre part, comprendre comment s’est construit le roman dans l’esprit de l’auteur.

Déborah Mirabel

Lire dans la version pdf de la revue

0 Commentaire

This site is protected by wp-copyrightpro.com