Les deux Van Gogh

Hozumi

Théodore Van Gogh est un jeune marchand d’art ambitieux et audacieux.Il travaille dans une prestigieuse galerie d’art, mais il rêve d’un renouveau artistique car il déteste ce milieu bourgeois, conservateur et élitiste. Il s’associe à de jeunes artistes prometteurs comme Henri de Toulouse-Lautrec, mais il poursuite aussi un dessein plus personnel : faire reconnaître le talent unique de son frère aîné, Vincent.  Cette biographie romancée en un seul volume s’affranchit de la vie des frères Van Gogh. D’emblée, le récit séduit par son originalité car il est centré sur le moins connu des deux frères. Ce brillant marchand d’art, séduisant et rusé, réussit tout ce qu’il entreprend, et semble avoir toujours un coup d’avance ;  le manga s’ouvre d’ailleurs sur une partie d’échecs. Son frère, inconscient de son talent affiche en permanence un sourire béat, ignore la colère et voit le beau en toute chose. Si le manga rtaite magnifiquement cette relation fraternelle ambiguë, il a borde aussi d’autres thématiques comme la question de la beauté et du rôle de l’art, et donne un bon aperçu de la querelle entre les artistes classiques et ceux qui formeront plus tard le mouvement impressionniste. les graphismes d’une grande qualité dressent des personnages très beaux – peut-être un peu trop pour être réalistes mais très expressifs. Le récit est bien construit avec une alternance de scènes drôles, émouvantes ou tragiques entrecoupées de flash-backs. Certains passages au ton excessivement mélodramatique perdent de leur crédibilité. Les pages les plus réussies sont celles où Vincent use de son talent pour transfigurer des moments douloureux en oeuvre d’art. La fin très surprenantes donne envie de se (re)longer dans la vraie biographie de Vincent Van Gogh et de (re)lire la correspondance entre les deux frères.

Marylène Guarino

Réseaux de lecture : Certains sont peut-être choqués par la liberté que l’auteur a prise avec la réalité historique. Mais les biographies romancées sont fréquentes dans les mangas. C’est le cas d’Innocent de Sin’ichi Sakamato, inspiré de la vie de Charles-Henri Sanson, bourreau français. (voir notice n°53). De même, dans Seven Shakespeare, Harold Sakuishi jongle entre réalité historique, fantastique et fiction pour bâtir un récit original autour du personnage de William Shakespeare.

0 Commentaire

This site is protected by wp-copyrightpro.com