Les Princes, les princesses et le sexe des anges

La lettre de l’enfance et de l’adolescence. Revue du GRAPE.

Ce dossier spécial rassemble les interventions des universitaires, chercheurs, écrivains, sociologues, psychanalystes qui ont participé au colloque organisé, les 27 et 28 mai 2010, au Conservatoire national des arts et métiers, par le Salon du livre et de la presse jeunesse en Seine-Saint-Denis. En fin de volume, on trouve leurs présentations, une sélection bibliographique ainsi que le résumé de leurs interventions, toutes passionnantes. Ces communications sont regroupées dans deux grands thèmes : « Merveilleux, rêves et enfance », « Fantastique, fantasmes et adolescence ». Pierre Péju analyse la figure de la jeune fille merveilleuse « révélatrice parfaite des divers systèmes idéologiques ou économiques qui ont caractérisé la société occidentale et l’ordre socioculturel dominant », des contes traditionnels à la presse people. Elle se doit d’être belle, objet des désirs et possède une puissance magique qui, dans la société postmoderne, lui est conférée par les marques. Elle est sommée de ne plus avoir aucun tabou, d’être « sexy », « porno-chic », « déjantée », emblème de la société de consommation. Mais dans ces conditions, possède-t-elle encore une face cachée et subversive ? Anne Defrance dresse un historique des contes merveilleux français (Charles Perrault, Mme d’Aulnoy, Mme Leprince de Beaumont…) et propose une typologie des princes et des princesses, synthèse fort utile pour se repérer dans la forêt des contes. Du côté du fantastique, il faut souligner l’exposé de Françoise Dupeyron-Lafay consacré au personnage de Lilith, « femme fatale et princesse vampire » dans le roman de George MacDonald paru en 1895, traduit en français en 2007. Cet auteur anglais dont les œuvres ont largement inspiré C. S. Lewis, G. K. Chesterton ou Tolkien, mérite d’être mieux connu par les lecteurs français. Elle suit l’évolution fascinante du personnage, des origines bibliques à la fiction littéraire et picturale de la fin du XIXe siècle. Mais qu’en est-il des héros et héroïnes dans la littérature contemporaine ? Isabelle Smadja analyse ces personnages dans les romans de fantasy et constate que garçons et filles, dont les aspirations se sont diversifiées, occupent des rôles relativement stéréotypés et que les mutations les plus décisives sont du côté des objets merveilleux. Ces nouvelles technologies numériques et les avancées neuroscientifiques véhiculent désirs et angoisses. Christine Détrez se livre à une analyse semblable dans un corpus de dix romans au succès confirmé.Elle pose la question de la perception de ces héros par les adolescents et des représentations qu’ils peuvent incarner aujourd’hui. Quant aux psychanalystes, ils montrent le rôle joué par ces contes et récits dans la construction inconsciente des sujets et confèrent, comme Benoît Virole, la fonction initiatique de passage à l’âge adulte à l’utilisation massive de jeux vidéo en ligne par les adolescents. Enfin, Tristan Garcia-Fons interroge la figure de l’ange-adolescent, très présente dans la création contemporaine, en analysant une sélection de films où les héros incarnent ce douloureux passage à l’âge adulte et l’abandon des illusions infantiles.

Colette Broutin

Lire dans la version pdf de la revue

0 Commentaire

This site is protected by wp-copyrightpro.com