L’Estrange Malaventure de Mirella

Flore Vesco

Dès le prologue, la narratrice prévient : elle va raconter la véritable et terrible histoire du joueur de flûte d’Hamelin, et non pas la puérile historiette qu’on raconte aux enfants. Et de fait, le lecteur est bien propulsé au cœur du Moyen-âge, avec tout ce que cela comporte de violences quotidiennes notamment envers les femmes, de crasse repoussante, de vermine et de maladie.

Flore Vesco a un talent indéniable pour écrire des romans qui regorgent de détails croustillants et d’inventivité. Elle a choisi pour ce texte une sorte de « vieux françois », langue à moitié inventée, truculente et extrêmement évocatrice. De par ses thématiques et ses personnages, ce conte détourné semble s’adresser à des préadolescents. Cependant, le vocabulaire complexe risque de décourager même les bons lecteurs. L’autrice évoque par ailleurs de manière appuyée la prédation sexuelle que subit quotidiennement Mirella. Ce texte exigeant, brillamment écrit et passionnant, nécessite donc indubitablement une médiation. Une lecture du premier chapitre à voix haute, par exemple, pourrait permettre aux préadolescents d’entrer dans le texte et de se familiariser avec la langue.

Stéphanie Richard

& lu et conseillé par Oihana Olazcuaga-Garibal, Colette Broutin et Marieke Mille

0 Commentaire

This site is protected by wp-copyrightpro.com