Luke et Jon

Robert Williams

L’univers de Luke vacille : à treize ans, il vient de perdre sa mère. Son père, dévasté, sombre dans l’alcoolisme. Peu à peu accablés de dettes, ils doivent vendre leur maison pour aller habiter une masure délabrée dans une région sinistrée de l’Angleterre industrielle. Le père, fabricant de jouets de bois, a transmis un penchant artistique à Luke, passionné de dessin. La solitude de l’adolescent est rompue par l’arrivée de Jon, un étrange garçon aux vêtements démodés. Pour Luke, le taiseux, cette rencontre se révèle providentielle car Jon possède une culture encyclopédique. Sa compagnie lui devient indispensable. De nombreux points communs les rapprochent : plus que leur singularité physique, la perte de leur mère, pour l’un et l’autre, a déterminé leur caractère. La mère de Luke, bipolaire, est-elle morte accidentellement ou s’est-elle suicidée ? Une douloureuse question pour un garçon qui sort à peine de l’enfance… Jon cache qu’il s’occupe seul de ses grands-parents séniles dans un taudis insalubre et qu’il vit sous la menace de placement par les services sociaux. L’amitié aide ces adolescents, seuls face aux difficultés qu’ils doivent affronter, à surmonter les brimades des autres collégiens ; ils se reconstruisent, ensemble. Le récit laisse une large part aux interrogations de Luke et montre l’influence positive qu’il exerce sur son père. La création d’une sculpture, un immense cheval au cœur de la forêt, permet à ces êtres meurtris de dépasser leur douleur. L’art signifie pour eux résilience. Ce roman très émouvant qui finit sur une note optimiste, se lit facilement. Composé de courts chapitres, il dépeint les situations et les caractères par touches impressionnistes. Une lecture à proposer aux âmes sensibles de tous les âges.

Cécile Robin

Réseau de lecture : Ce premier roman d’un jeune libraire est une réussite incontestable qui s’inscrit dans la veine littéraire réaliste anglo-saxonne et que l’on rapprochera des œuvres de Siobhan Dowd, David Almond, ou Jenny Valentine.

0 Commentaire