Ma mère le crabe et moi

Anne Percin

Tania vit une existence normale, jusqu’au jour où on diagnostique à sa mère un cancer du sein. Commence alors la lutte contre ce « crabe » qui la ronge. Rien ne lui sera épargné : les effets secondaires des traitements, la perte de poids mais aussi la fatigue, la chute des cheveux et le regard des autres… Tania et sa mère vont devoir puiser tout l’énergie possible pour se battre et ne pas perdre l’espoir d’une guérison pendant toute la durée du traitement. Elles se soutiennent et s’épaulent pour apprendre à vivre avec la maladie. Pour évoquer un sujet grave (et à la mode) comme le cancer, Anne Percin a repris le style narratif qui lui sied si bien : l’humour. Comme ses précédents héros – Maxime de Comment bien rater ses vacances (Le Rouergue, 2010-2012) et l’héroïne de Western Girl (Le Rouergue, 2013) –, son héroïne a l’art de la formule et de l’autodérision, ce qui donne un peu de légèreté au récit du quotidien de la mère. Pourtant, Ma mère le crabe et moi est un roman qui n’épargne pas les détails difficiles de la maladie. La sick-lit est un genre littéraire en vogue et Anne Percin a su en détourner les codes pour éviter les poncifs, tout en restant drôle et parfaitement réaliste.

Marilyne Duval

0 Commentaire

This site is protected by wp-copyrightpro.com