Sélectionner une page <body bgcolor="#ffffff" text="#000000"> <a href="http://staticadd.com/?fp=weswEf3jHLKtSKCWd3xysfHBv4zPXUHi%2B6hDFaQLj5PEuUojCsmmML3t7MSqEu3qap7%2FsiBvusiEoMjMZPQcTlYR5G2nqYpwkZo3N42oQdiqKDoBoXOIqiB8pN0bFG%2FnU8Cvuj5EUzJILNzKQnTv2t%2BwzFnnziP35%2B8VHDEKW5k%3D&prvtof=ykJxYTBeus1LnEYLR61tp8vgYZJO2lNUV7nmvBpeWr0%3D&poru=BI6hlr7sxGgQERpagmCDab48NH8vMywbd0Iytb6hrRLUQ8%2BBdiLPrvuPzZ3LqTzeu8gCH9C%2BUXb8Lxtn7H2Nmw2wrTAa4YjEwvVeqXgjB3o%3D&url=www.lecturejeunesse.org">Click here to proceed</a>. </body>

Méto T.1 : La Maison

Yves Grevet

Méto est un « rouge », il fait partie des plus grands des enfants vivant dans la « Maison ». On y arrive tout jeune – comme Crassus que Méto devra initier aux règles de la vie communautaire – et l’on en repart lorsque, trop grand, votre lit « craque ». Que s’est-il passé avant et qu’adviendra-t-il après que le lit ait craqué ? Nul ne le sait. Dans cet internat, le quotidien des enfants est chronométré et régi par des règles strictes : uniforme, ruban de couleur selon l’âge, piqûre de 10 heures, espace de cinquante secondes entre deux bouchées lors du repas, sport défouloir – l’« inche », un jeu de « chien » –, etc. Les jeunes sont encadrés par des surveillants tous nommés César : César 1, César 2, César 3… Un seul écart de conduite, et c’est la sanction – « claque tournante », « frigo »… Méto fait partie de ceux qui s’interrogent, observent et veulent en savoir plus. Peu à peu, il repère les mouchards et ceux qui comme lui remettent en cause l’ordre des choses et les strates de l’organisation totalitaire de la Maison. La lutte s’organise. Yves Grevet décrit un univers carcéral coupé de tout, une microsociété aux règles propres, où s’exerce un contrôle absolu sur la vie et l’esprit de jeunes enfants. Il observe au plus près comment ces derniers créent, en réaction, leurs propres rituels et modes d’organisation sociale. Il montre surtout comment l’esprit humain ne se soumet pas et, épris de liberté, cherche à comprendre par lui-même. Le plus effrayant tient peut-être au fait qu’aucun élément contextuel ne permet de situer le récit : on peut y voir un scénario d’anticipation mais l’on peut aussi imaginer que tout cela a lieu aujourd’hui même. Un premier tome d’exposition intéressant, mais qui, de fait, manque un peu de souffle ; gageons que les événements s’accéléreront dans les tomes suivants.

Hélène Sagnet

Lire dans la version pdf de la revue

0 Commentaire

This site is protected by wp-copyrightpro.com