Moi je

Arnaud Cathrine

Doriand est très amoureux de Julie et il aimerait faire l’amour avec elle. Il lui écrit pour lui faire part de son envie et lui rappelle qu’il « a tout le matériel ». En parallèle, son père écrivain entame une psychanalyse avec un certain Robert et il a une fâcheuse tendance à faire partager à son fils ses émotions et son intimité. Doriand n’en peut plus. Il ne souhaite pas avoir l’esprit parasité par de telles images, alors qu’il n’est préoccupé que par une chose : la réponse de sa petite amie. Cette dernière semble faire comme si de rien n’était et s’envole pour les États-Unis sans donner sa réponse. Et Doriand souffre en silence… Ce nouveau titre d’Arnaud Cathrine est savoureux. Il oscille entre humour, poésie et gravité. La promiscuité entre le père et le fils, la description du sentiment amoureux, ou encore la lettre que Doriand adresse à son père à la fin de l’ouvrage sont de véritables plaisirs de lecture où l’auteur excelle par son style : fluide, juste et sensible. La mise à distance opérée par le narrateur engendre l’humour, propre à l’auteur, qui décrit à merveille les affres de l’adolescence, la dualité entre ce que ressent le jeune homme et ce qu’il parvient à peine à exprimer par crainte d’être rejeté ou raillé. Un roman tout en simplicité, où les amateurs d’Arnaud Cathrine trouveront de nombreux clins d’oeil à son univers.

Anne Clerc

 

Réseau de lecture : Nous vous invitons à consulter le dossier consacré à Arnaud Cathrine dans le n° 123 de Lecture Jeune (septembre 2007).

Lire dans la version pdf de la revue

0 Commentaire

This site is protected by wp-copyrightpro.com