Noire et blanche de Man Ray

Alexandre Castant

Cette étude part de la photographie la plus célèbre de Man Ray, le visage de Kiki de Montparnasse à côté d’un masque d’ébène. Elle nous explique ce que les photos de Man Ray ont d’exceptionnel : nouvelles techniques, utilisation de la lumière, photos en négatif, images de l’ombre. On apprend aussi en quoi Man Ray se rattache aux mouvements Dada et surréaliste : au-delà de la fréquentation des artistes de cette avant-garde, il représente une ouverture sur les arts non-européens (africains, surtout), sur d’autres formes d’art (cinéma, mode). Il partage avec eux ce goût de l’insolite, de l’ambiguïté, de l’imagination qui fait rire ou rêver. C’est en peintre qu’il photographie ; son œuvre est un passage vers l’art contemporain interdisciplinaire. Cet excellent ouvrage, tant par son texte que par le choix des photos, initie le lecteur à la fois aux œuvres de Man Ray, à l’art photographique, au surréalisme. Il se termine par une bibliographie, une chronologie, un bon glossaire et trois pages de « pistes de réflexion destinées aux passeurs ».

Gilberte Mantoux

Lire dans la version pdf de la revue

0 Commentaire

This site is protected by wp-copyrightpro.com