Le Théorème des Katherine

John Green

Colin, jeune homme surdoué, jongle avec les chiffres mais aussi avec les lettres, puisqu’il est passionné d’anagrammes. Il est sorti avec dix-neuf filles, qui s’appelaient toutes Katherine, et qui l’ont toutes quitté. Quand la dix-neuvième Katherine le rejette, il décide de partir sur les routes avec son meilleur ami, Hassan, qui se présente lui-même comme un « musulman non terroriste ». En chemin, Colin a une illumination : et s’il était possible d’établir un modèle mathématique pouvant prédire la durée et la fin des relations amoureuses ? Il va s’attacher à rédiger son théorème… Une fois encore, John Green (auteur de Qui es-tu Alaska ou du plus récent Will & Will, publiés aux éditions Gallimard Jeunesse) parvient à surprendre le lecteur. Si le voyage s’apparente au début à un très drôle « road-movie pour losers », il prend toute sa saveur dans les derniers chapitres où le roman gagne en profondeur par une réflexion non dénuée d’humour sur le sens de l’existence et notre relation au passé. John Green campe des personnages étonnants aux personnalités complexes et attachantes.

Aurélie Forget

Réseau de lecture : Eternal sunshine of the spotless mind réalisé par Michel Gondry (2004), évoque les aléas amoureux dans une société où le Docteur Howard Mierzwick invente un procédé qui permet d’effacer de sa mémoire l’être aimé.

0 Commentaire

This site is protected by wp-copyrightpro.com