OGRESSE

Aylin Manço

Depuis que les parents d’Hippolyte se sont séparés, tout va mal dans la vie de la jeune fille. Sa mère devient distante, sa vieille voisine disparaît sans laisser de trace, et ses relations amicales au lycée sont compliquées. Une phase sombre qui atteint son apogée un soir, quand sa mère lui saute dessus et la mord au poignet… Que se passe-t-il ? Sa mère aurait-elle un lien avec la disparition de leur voisine ? Pourquoi s’enferme-t-elle dans la cave la nuit, y cachant les couteaux de cuisine de la maison ? Ce roman aborde des sujets du quotidien sur une toile de fond légèrement horrifique. Le cannibalisme de la mère, qui est en train de manger petit à petit le corps de la vieille voisine dans la cave, se mêle au thème de la séparation des parents et du malaise que cela peut entraîner chez leurs enfants. Les protagonistes lycéens, Hippolyte et ses amis, sont intéressants à suivre car chacun représente un archétype : Lola est l’élève douée mais réservée, Benji est toujours tiraillé entre l’enfance et l’âge adulte, Kouz s’éveille à sa sexualité, et Hippolyte est la plus perdue de tous. Son dilemme, entre protéger et dénoncer sa mère, met à mal son équilibre et illustre bien le conflit de loyauté de nombreux adolescents : se séparer de leurs parents ou rester sous leur influence. Un bon roman qui procure quelques frissons à travers un récit ancré dans le quotidien.

Maïté Patrone

La narration à la première personne rend très réaliste ce récit quasi-fantastique sur le quotidien d’une adolescente. Aylin Manço signe ainsi un roman plus accessible et moins descriptif que son précédent, La Dernière Marée.

Marilyne Duval

0 Commentaire

This site is protected by wp-copyrightpro.com