Sélectionner une page

Error. Page cannot be displayed. Please contact your service provider for more details. (31)

Prendre refuge

Mathias Enard

Le titre donne le ton de l’ouvrage. « Prendre refuge », c’est ici adopter une langue et un pays différents pour fuir la guerre, mais aussi trouver un havre de paix dans une histoire d’amour. Celle-ci ne s’exprimera pas graphiquement à travers les corps, mais à travers le langage.

Le livre laisse beaucoup de place au silence, aux ellipses et aux non-dits, pudiques et poétiques. Cette fiction contemporaine s’entremêle avec une autre rencontre amoureuse, celle qui eut lieu en 1939 à Bâmiyân entre l’aventurière Anne-Marie Schwarzenbach et l’archéologue Ella Maillart. Cette habile construction permet de mettre en parallèle la Seconde Guerre mondiale et les conflits plus récents entre Orient et Occident. La destruction d’Alep, où sont vécus deux amours impossibles, est au croisement de ces deux récits. Par ses thématiques à la fois très actuelles et universelles (guerre, exil, amour), le roman graphique interpellera les jeunes adultes. Le ton de l’ouvrage, malgré sa résonance dramatique, ménage aussi des moments d’humour, en particulier sur l’apprentissage de la langue allemande par la jeune femme.

Cécile Robin

Les talents de Mathias Enard (auteur de La Boussole, Actes Sud), et de Zeina Abirached (auteure du Piano oriental, Casterman) se combinent parfaitement. Le dessin minimaliste, intensifié par le contraste entre les aplats de noir et de blanc, provoque une forte émotion. Ces images puissantes suffisent à la compréhension, même lorsqu’elles ne sont accompagnées d’aucun texte. Les visages en gros plan s’opposent aux champs larges sur des constellations d’étoiles et sur le site des Bouddhas de Bâmiyân. Les passages écrits en arabe apportent de la poésie et jouent sur les différences entre les langages.

Pauline Wabant

0 Commentaire

This site is protected by wp-copyrightpro.com