Qui es-tu Alaska ?

John Green

Venu de Floride pour intégrer un pensionnat renommé en Alabama, Miles a quitté la cellule familiale, devenue pour lui trop étriquée et il s’apprête à vivre de nouvelles expériences et à tenter tous les possibles de l’adolescence. Découverte de l’amitié, et de la trahison, mais aussi découverte de l’alcool et des drogues douces, et bien sûr de la sexualité. Des plaisirs qui, pour être formellement interdits à l’école, n’y sont pas pour autant inconnus. C’est surtout le premier coup de foudre, pour une fille à la personnalité non conventionnelle et prénommée Alaska. Cependant, la disparition tragique d’Alaska met un terme à l’ambiance idyllique qui régnait au collège. Miles porte la culpabilité de ne pas l’avoir comprise, ne pas avoir su l’aider. Va-t-on percer à jour les secrets de cette adolescente insoumise pour qui la transgression des règles était devenue un mode de vie ? Le roman, plein de péripéties, aborde la thématique des conflits inhérents à l’adolescence, et en cela, il accrochera facilement les jeunes lecteurs. En revanche pour un lectorat plus mûr, l’ambiance du lycée se révèle très américaine, bien éloignée du modèle français. De l’enseignement qui est donné dans cette fameuse école, on n’apprendra que peu de choses, si ce n’est quelques informations sur le cours d’histoire des religions, et l’attrait culturel pour le français. L’établissement semble vivre dans un monde atemporel et apolitique. L’ensemble manque de profondeur et traite superficiellement de la mort et de la quête de soi. Cependant, le ton fait alterner l’humour et l’émotion : à ne pas bouder pour des lecteurs adolescents.

Cécile Robin-Lapeyre

Lire dans la version pdf de la revue

0 Commentaire

This site is protected by wp-copyrightpro.com