Sandman, T.4 : La Saison des brumes

Neil Gaiman

Destiny, de la Famille des Éternels convoque ses frères et soeurs. Desire, Despair, Delirium, Dream et Death se retrouvent autour de la même table mais l’ambiance tourne vite à la querelle. Dream devient bientôt la cible des attaques. Il a envoyé autrefois un ancien amour aux Enfers parce qu’elle s’était refusée à lui. Il va devoir aller la chercher pour réparer son injustice. Mais Lucifer l’attend de pied ferme. Delcourt a décidé de rééditer la série des Sandman passée quelque peu inaperçue lors de sa parution initiale chez Le Téméraire à la fin des années 90 en commençant, étrangement, par le volume 4. Avec un graphisme et des couleurs proches des comics américains, le premier abord est plutôt déroutant. Sa construction rend l’entrée dans le récit un peu ardue. Mais le lecteur retrouve rapidement l’univers et les obsessions de Neil Gaiman. Le voyage devient alors fascinant. Faisant appel aux références religieuses et mythologiques (comme dans son roman American Gods), Gaiman distille un suspense assez redoutable où l’humour se mêle aux scènes d’horreur. Il ménage au lecteur des surprises savoureuses que l’illustration vient rehausser habilement. La force du récit tient aussi dans la psychologie des personnages, particulièrement réussie. La Saison des Brumes a obtenu le Prix du scénario à Angoulême. Les lecteurs des autres titres de Neil Gaiman ou d’Everworld de K.A. Applegate, seront en terrain connu.

Tony Di Mascio

Lire dans la version pdf de la revue

0 Commentaire

This site is protected by wp-copyrightpro.com