Tradeuse

Erin Duffy

Fascinée par le monde de la finance, Alex Garett rêve de travailler à Wall Street. Ses espoirs se réalisent lorsqu’elle intègre Cromwell Pierce, société de courtage réputée. Mais pour rentrer dans ce cercle masculin très fermé, Alex devra accomplir les tâches les plus ingrates avant de voir ses efforts récompensés. Lorsque la crise économique frappe, de nouveaux choix s’imposent à elle : poursuivre son ascension ou s’éloigner d’un univers où l’ambition règne en maître. Ce roman de chick-litt raconte l’histoire d’une jeune femme ambitieuse évoluant au sein d’un milieu masculin empreint de paternalisme et de misogynie mais également de solidarité et d’humour. L’amour, quant à lui, n’est pas bien loin… Au fil d’une intrigue bien rythmée, la jeune femme, naïve et maladroite au départ, parviendra à gravir les échelons et à s’affirmer. S’il semble difficile de ne pas penser au Diable s’habille en Prada, Tradeuse tire cependant son originalité du cadre très masculin auquel se confronte l’héroïne. Erin Duffy, qui a travaillé 10 ans à Wall Street, distille assez d’éléments pour présenter le monde de la finance de façon crédible sans que sa spécificité ne gêne le lecteur néophyte. Si certains clichés se confirment, l’auteur nous montre également une autre facette de ces courtiers qui deviennent au fil du récit de véritables grands frères pour l’héroïne. Plus qu’un roman d’amour, cet ouvrage parle avant tout d’amitié, ce qui apporte profondeur et originalité à l’histoire. L’humour décalé d’Erin Duffy permet de redonner un peu d’humanité à l’univers impitoyable de la finance mais aussi de s’interroger sur les sacrifices faits au nom de l’ambition. Tradeuse réunit tous les ingrédients d’un roman de chick-litt réussi et parvient à apporter du renouveau à un courant littéraire qui se répète souvent.

Mélanie Archambaud

0 Commentaire

This site is protected by wp-copyrightpro.com