Une culture du viol à la française

Valérie Rey-Robert

L’autrice de cet essai est la créatrice du blog féministe Crêpe Georgette. Elle y aborde sans complexe les réactions françaises de réticence face à la parole des femmes autour des violences sexuelles qu’elles subissent. L’ouvrage commence par expliquer les termes simplement, de leur origine à leur importance dans le débat de société, de « sexisme » à « culture du viol ». A travers ces définitions, elle montre comment les réactions face aux viols sont conditionnées par les stéréotypes associés aux hommes (actifs, violents, ayant des besoins sexuels) et aux femmes (passives, séductrices, fourbes et responsables des viols subis). Ensuite, sont expliquées les conséquences du viol sur la santé physique et mentale (hymen, sidération face à l’agresseur…). Les statistiques de plaintes et les enquêtes sur la sexualité sont décortiquées. La construction juridique du terme en France et à l’international ainsi que son traitement dans les médias sont analysés, afin de confronter la réalité du viol aux représentations. Enfin, le rapport de la France à sa « culture du viol » est mis en avant par le vocabulaire employé pour parler de séduction, allant du « fin’amor » à la colonisation et au mouvement #metoo en France. Le livre se conclut sur des propositions de solutions (budgets, éducation).

La densité de l’ouvrage peut être un frein pour les jeunes lecteurs mais le contenu est clair, bien agencé et l’écriture fluide, illustrée de statistiques et de témoignages, dont celles de célébrités. Un excellent outil pour parler des violences sexuelles.

Cassandra Buigues

0 Commentaire

This site is protected by wp-copyrightpro.com