Une enfance Australienne

Sonya Hartnett

Dans une petite ville australienne, Adrian, 9 ans, vit dans la maison de sa grand-mère. C’est un garçon effacé et anxieux, hanté par des peurs irrépressibles réelles et imaginaires. Il se sent rejeté par le monde des adultes. Sa mère souffre de troubles mentaux, son père s’en débarrasse en le confiant à la grand-mère qui lui assure un confort matériel dépourvu de tendresse. Son oncle, de 25 ans, a été cause d’un grave accident. Il vit reclus, refusant d’affronter le monde et le regard des autres. A l’école, Adrian est témoin des violences subies et commises par les autres enfants : il est difficile d’adopter le comportement juste à l’égard de celle qui souffre de troubles mentaux. C’est dans ce contexte qu’il se construit une représentation d’un monde où tout n’est que menaces d’autant plus que le récit s’ouvre sur la disparition de trois jeunes enfants. Entraîné par une fillette inquiétante qui prétend les avoir retrouvés, il meurt noyé, avec elle, dans la piscine municipale. Rien ne peut sauver l’enfant de ce destin. Tout n’est qu’agressions, menaces, méchanceté dans cet univers où même la nature, soleil, lune, nuit, animaux et végétaux semblent se lier pour tisser le malheur d’Adrian.

Colette Broutin

0 Commentaire

This site is protected by wp-copyrightpro.com