Wonder

R. J. Palacio

August Pullman, 10 ans, pourrait être un garçon semblable à tous les autres enfants de son âge. Malheureusement, il est né avec une grave malformation faciale : sur son visage, rien n’est à la bonne place. Choyé par sa famille, surprotégé par sa mère, August n’est jamais allé à l’école afin d’éviter une confrontation trop douloureuse avec le monde extérieur. Mais le moment tant redouté arrive. L’adolescent fait sa rentrée au collège et doit affronter les regards affolés, surpris ou choqués d’élèves et de professeurs, ainsi que les moqueries et les phrases assassines des uns et des autres à la vue de son visage. A la fois tendre et violent, émouvant et drôle, ce texte évite le piège du pathos. Intelligent et sensible, August se sort de beaucoup de situations grâce à une pointe d’humour, au soutien de ses parents et à une bonne dose d’amitié. Quand la difficulté est trop grande pour lui, une voix aimante l’aide toujours à aller de l’avant. Ce roman polyphonique donne alternativement la parole à August, à sa soeur et à ses amis. Cette multitude de points de vue offre une respiration bienvenue au texte. Elle évite la caricature et l’apitoiement sur le personnage central. Au-delà de la vie d’August Pullman, ce très beau roman narre les difficultés que tous les adolescents rencontrent face au regard des autres et au manque de confiance en soi.

Marie Joppin

Autre avis : Rejet, dégoût, amour, solidarité, larmes, rires, colère, honte… C’est une véritable palette d’émotions qui traverse ce récit avec une grande justesse. R. J. Palacio, dans un style simple et à la portée des jeunes lecteurs, nous montre qu’Auguste est un garçon différent, traversé cependant des mêmes états d’âmes que les enfants de son âge. Elle nous rappelle également, parfois de façon trop répétitive peut-être, combien l’amour et le soutien d’une famille peuvent aider le jeune garçon à accepter et à surmonter sa singularité. Wonder est un livre tendre et drôle qui ne tombe jamais dans la sensiblerie : l’écueil du roman « tire-larmes » est intelligemment évité. L’auteure nous livre ici un premier roman à la fois grave et humoristique sur un sujet qui semblait risqué au départ.

Mélanie Archambaud

0 Commentaire

This site is protected by wp-copyrightpro.com