Sommaire L’écriture des jeunes et les jeunes auteurs

LECTURE JEUNE 159 | SEPTEMBRE 2016

Edito par Sonia de Leusse-Le Guillou, directrice de Lecture Jeunesse

Dans l’esprit des adultes, les écrits adolescents sont l’expression de leur révolte ou d’insignifiants échanges sur Twitter, Facebook, leur agenda, Snapchat… oubliant que parmi ces écrits, certains n’ont rien du journal de bord d’un mal-être, et que nombre d’écrivains ont pris la plume très tôt. Mais ce n’est pas le jeune âge des auteurs de littérature young adult qui est remarquable aujourd’hui même si Morgane Bicail publie Phoneplay à 15 ans chez Michel Lafon – l’âge de Rimbaud quand il compose, jusqu’à 20 ans, son œuvre poétique… C’est sans doute le statut et l’image décomplexée des auteurs, qui ont le plus changé pour les adolescents ces dernières années : Melissa Bellevigne est GoldenWendy, blogueuse beauté, « une jeune maman, mais aussi une beauty-addict1 », Margot Malmaison une ado qui raconte sa vie sur les réseaux sociaux, Anna Todd, une jeune mariée de 18 ans qui s’ennuie dans la vie… Le mythe de l’écrivain dans sa tour d’ivoire fait-il rêver les jeunes ? Est-ce bien cette image qui s’impose encore, celle d’un personnage solitaire et mystérieux qui cherche l’inspiration et compose son grand œuvre à l’abri des regards ? L’après Cinquante nuances de Grey2, va de pair avec l’essor des plateformes d’écriture en ligne sur lesquelles adolescents et jeunes adultes publient leurs textes, espérant séduire des milliers (voire des millions) de lecteurs, et être (malgré tout) repéré (publié et commercialisé). La veille des éditeurs s’est en partie déplacée de leur boîte mail aux plateformes d’écriture en ligne, ce qui se conçoit aisément, avec un changement majeur : si leur labellisation fait encore fantasmer des jeunes écrivant sur le web, leur rôle de découvreur, lui, en a pris un coup. Le changement d’échelle du lectorat, l’accélération de l’accession (éventuelle) à la notoriété, mais surtout, la manière d’écrire, ont évolué pour ces jeunes auteurs sur internet : le lien permanent avec leurs lecteurs et leurs commentaires induisent une autre façon de construire leurs textes, sous forme d’épisodes, de séquences directement soumises à leurs destinataires, sans être encore vraiment des récits collaboratifs. L’auteur en herbe est membre d’une communauté à qui il est redevable, qu’il doit entretenir et par qui il existe et peut être reconnu, hors des circuits de légitimation traditionnels – une aubaine pour des adolescents. C’est par millions que les signes se lisent et s’échangent sur internet. Non, le tweet de 140 caractères n’a pas tué l’écriture des jeunes.


1 Site internet de GoldenWendy

2 E.L. James, Lattès, 2012.

Le rapport à l’écrit des jeunes Entretien avec Hugues Draelents

Hugues Draelants a réalisé avec Carine Leporcq et Jean-Louis Siroux une étude sur les pratiques et les représentations juvéniles de l’écriture à l’ère d’internet. Ils ont ainsi pu constater que l’écrit occupait une grande place dans le quotidien des jeunes interrogés, mais également qu’ils pouvaient faire preuve d’une grande attention à l’orthographe, jusqu’à investir l’écriture d’une forte dimension morale.

Mots d’ados Entretien avec Irvin Anneix

Mots d’ados, le projet artistique d’Irvin Anneix, repose sur un important travail de collecte d’écrits intimes d’adolescents. L’artiste a recueilli près de 5000 textes, manuscrits ou électroniques, et en a sélectionné 400 pour les faire lire à des jeunes. Le dispositif de l’exposition présente les textes avec, au recto, la forme originale et, au verso, le texte tapé. Au centre de la « forêt d’écrits », une cabine diffuse les vidéos des lectures et sert de studio lors des enregistrements. Ces textes sur l’amour, l’amitié, les premières fois, le mal-être, dressent un portrait subtil de l’adolescence.

Les plateformes d’écriture en ligne Panorama par Marieke Mille

Les plateformes d’écriture en ligne fleurissent selon différents modèles et des approches variées pour les auteurs et les lecteurs. Elles réinventent la façon de concevoir une fiction en donnant un aperçu des préoccupations de cette génération qui crée ses œuvres en réseau.

Avec La Passe-Miroir, Christelle Dabos a été lauréate en 2012 du concours Gallimard Jeunesse du premier roman. Avant d’être publiée, son parcours d’écriture s’est construit avec la fanfiction et la participation à un forum d’auteurs, Plume d’argent. Entre l’édition traditionnelle et l’approche communautaire héritée de son expérience, l’auteur a aujourd’hui trouvé un équilibre dans sa pratique, à la lisière des deux modèles.

Le net, un vaste atelier d’écriture Analyse par Anne-Marie Petitjean

Le numérique permet d’ouvrir de nouvelles perspectives d’écriture, notamment dans une visée éducative. AMarie Petitjean en analyse les potentialités, l’aspect participatif et les enjeux propres à ces formes..

A l’occasion d’une étude collaborative sur les compétences rédactionnelles des lycéens en situation de raccrochage scolaire, AMarie PetitJean a pu suivre le travail d’un écrivain, Patrick Goujon, qui mène depuis plusieurs années des ateliers d’écriture auprès des jeunes. Son partenariat avec les microlycées de Melun-Sénart et de Paris prenait place, cette année, dans le cadre d’une résidence d’écrivain. Le parcours a abouti à une mémorable soirée de restitution à la Société des Gens de Lettres, le 24 mai 2016, mêlant textes d’auteurs contemporains et textes des lycéens, composés à partir des mêmes propositions créatives. De telles expériences montrent la vitalité des innovations pédagogiques déployées par les différents partenaires de ces structures de raccrochage. L’étude a aussi montré l’effort des équipes pour dépasser le pointillisme des expériences et solliciter l’élaboration d’un cadre didactique qui concerne également la classe ordinaire. Le bilan invite enfin à reconnaître qu’une synergie est en marche, repérable dans d’autres contextes, qui amène le dispositif classique des ateliers d’écriture à trouver un nouveau souffle dans les classes.

Après une thèse soutenue en 2013, AMarie Petitjean a poursuivi enquêtes et observations de terrain pour comprendre ce qui légitime ou non la séparation des modèles français et américains des formations à l’écriture littéraire et ce qui caractérise la dynamique contemporaine, à l’œuvre dans les universités françaises.

Le Labo des histoires Entretien avec Charles Autheman

Créé en 2011, le Labo des histoires propose des ateliers d’écriture gratuits pour les jeunes jusqu’à 25 ans. Inspiré au départ du 826 Valencia, une structure américaine, le Labo a développé sa propre offre qu’il a déclinée partout en France en ouvrant des antennes en Lorraine, Nord-Pas-de-Calais, Martinique, Île-de-France Ouest, Alpes, Sud Atlantique et à La Réunion.

Fondé en 1984, le prix du jeune écrivain a pour ambition de dévoiler les talents littéraires de demain. Les jeunes de 15 à 27 ans sont encouragés à envoyer leurs nouvelles dont une quinzaine seront primées et éditées dans un recueil. Les deux branches du prix – française et francophone – se sont rassemblées en 2007 pour devenir le prix du jeune écrivain de langue française. Porté par une association, le prix a été reconnu d’utilité publique en 2015.

Pour aller plus loin


0 Commentaire