Sommaire La force de la tragédie

LECTURE JEUNE 114 | JUIN 2005

Des lycéens dans la bibliothèque&#160! par Sylvie Fournioux, responsable de la section adulte de la bibliothèque Abbé-Grégoire à Blois (41)
En écho au livre de Dominique Pasquier sur les cultures lycéennes, le réseau des bibliothèques de Blois s’intéresse au public lycéen afin de développer des outils adaptés à leurs attentes. Un étudiant en DUT Métiers du livre est chargé de réaliser une enquête dont les résultats sont résumés dans l’article : si l’offre de livres couvre relativement bien leurs attentes, l’offre de BD, revues, CD et DVD leur apparaît au contraire insatisfaisante. Un premier constat, d’autres suivront, pour repenser l’offre et les actions envers ce public et non public encore peu étudié.
Qu'est-ce que la tragédie&#160? par Gaëlle Glin, doctorante à Paris IV, critique dramatique pour Transfuge (revue spécialisée sur la littérature étrangère)
La tragédie est apparue dans l’Antiquité comme un outil de la démocratie athénienne, miroir de l’actualité faisant participer tous les citoyens sans distinction de rang. Elle ne fut redécouverte qu’au XVIe siècle, codifiée au XVIIe, mais déconnectée de ses racines originelles. Après avoir inscrit la tragédie dans une perspective historique, Gaëlle Glin esquisse son visage actuel, qu’elle distingue du concept de tragique, « substrat caché » d’un genre millénaire.
Une expérience d'écriture au lycée par Cécile Ladjali, auteure, professeure agrégée de Lettres Modernes, docteur ès lettres et Tony Di Mascio, directeur de publication
Cécile Ladjali, interviewée par Tony Di Mascio, témoigne des expériences d’écriture qu’elle mène avec ses élèves lycéens. Exercice basé sur la contrainte, l’expérience donne un peu de piment, mais surtout une finalité visible et concrète, au cours de français. Même les plus réticents se prennent au jeu de la tragédie ! De quoi revenir sur ce que l’on pense savoir de la relation entre les adolescents et l’écrit.
La bosse des mythes par Serge Boimare, instituteur spécialisé, psychologue-clinicien depuis 1967, directeur pédagogique du Centre Claude Bernard de Paris, auteur de L'enfant et la peur d'apprendre, Dunod, 2004 (2° éd.)
Comment permettre à des non-lecteurs de surmonter leurs blocages et faire que le livre ne soit plus cet obstacle qui les paralyse ? Serge Boimare trouve la solution dans les textes mythologiques, véritables outils de médiation, points de départ de la verbalisation de sujets incontestablement actuels.
Variations autour de Médée par Anne Lebeau, agrégée de lettres classiques, professeure de langues et de littérature grecque à la Sorbonne
Anne Lebeau retrace le parcours du mythe de Médée au fil des siècles. De la version d’Euripide au Ve siècle avant J.C. aux variations les plus récentes, chaque époque trouve écho dans ce mythe fondateur et l’enrichit de ses interprétations. Cruelle, mère criminelle, féministe,… les multiples visages de Médée ne cessent de nous fasciner.
La tragédie grecque retrouvée par Virginie Soubrié, agrégée de lettres classiques, professeure dans l'enseignement secondaire
Les textes de Koffi Kwahulé trouvent écho dans la tragédie grecque et ne manquent pas d’ambivalence. Les héros du mythe deviennent des « impersonnages », leur destin n’a rien de linéaire mais suit plutôt un un rythme décousu proche de celui du jazz, les choeurs prennent la forme d’une pulsion chorale pour dire la violence,… Koffi Kwahulé fait de la tragédie grecque l’expression de la question noire.
Toggle content goes here, click the edit button.

Pour aller plus loin


    This is a text block. Click the edit button to change this text..

    0 Commentaire