Sélectionner une page

Error. Page cannot be displayed. Please contact your service provider for more details. (20)

 

Sommaire «Du cross-média au transmédia»

LECTURE JEUNE 153 | MARS 2015

Edito par Sonia de Leusse-Le Guillou, directrice de Lecture Jeunesse
Rien de tel qu’un dossier sur le cross-média et le transmédia pour annoncer l’ouverture de notre nouveau site internet, www.lecturejeunesse.org ! Loin d’être une simple vitrine de nos activités, il a pour vocation d’être un centre de ressources virtuel où vous pourrez retrouver le edossier gratuit de la revue, de nombreux entretiens, des articles, des actions de terrain suivies tout au long de l’année, des critiques de livres et des bibliographies — bref, tout ce qui contribue à changer de regard sur les adolescents et leurs pratiques culturelles. C’est sur Facebook et Twitter que vous serez informés de chaque nouvelle publication sur le site. Alors, si vous n’y êtes pas encore, rejoignez-nous dès maintenant !   Ce premier numéro de l’année est l’occasion de rappeler les très nombreuses formations ouvertes cette année à Paris mais aussi à la carte, partout en France. Comme vous le savez, nous accompagnons votre réflexion sur les adolescents, qu’elle concerne des actions en cours ou des établissements en préfiguration. Nous vous guidons, de la conception d’un espace ou de médiations, à la résolution de conflits, par exemple. Complémentaire, la revue vous apporte chaque trimestre, analyses et points de vue croisés pour renforcer votre démarche. En 2015, c’est avec un nouveau comité de rédaction que nous poursuivons ces objectifs, et des numéros qui composeront des diptyques : le vaste univers du transmédia exploré dans ces pages, se prolongera dans le numéro de juin qui s’intéressera aux séries et à la sérialité afin d’être au plus près de l’évolution des pratiques culturelles et de loisirs des adolescents. En écho aux événements tragiques de janvier, une revue sur la censure (septembre 2015) puis un dossier sur les pratiques informationnelles des jeunes (décembre 2015) composeront les deux volets du diptyque suivant.   Terminons cet édito sur la vie de l’association en vous annonçant que Lecture Jeunesse, qui dispose d’un agrément départemental du ministère de la Ville, de la Jeunesse et des Sports, ne cesse de renforcer ses liens institutionnels : déclarée d’intérêt général en 2014, elle est également membre du comité consultatif de l’Agence Nationale de Lutte contre l’Illettrisme (ANLCI) et désormais agréée par l’Education nationale.   Certes, mais tout ceci ne vous a pas aidés à comprendre de quoi allaient parler ces actes au titre barbare ; les termes de cross-média et de transmédia, restent toujours énigmatiques. C’est le moment d’en faire l’expérience en quittant temporairement un média, le papier, pour retrouver sur un autre, www.lecturejeunesse.org, l’introduction à la journée du 18 novembre 2014 qui expose les théories et les discussions prévues tout au long du colloque sur ces nouvelles modalités narratives.
Mélanie Bourdaa, maître de Conférences en Sciences de l’Information et de la Communication à l’Université de Bordeaux 3, laboratoire MICA. Dans cet article introductif, Melanie Bourdaa définit le Transmedia Storytelling en replaçant cette notion dans une perspective historique, avant d’illustrer plus particulièrement son propos par des exemples tirés de l’industrie cinématographique hollywoodienne. Elle analyse ainsi les enjeux des stratégies narratives et d’engagement, qui découlent de ce concept.
Sarah Sépulchre, chargée de cours, université catholique de Louvain (UCL, Belgique). A partir de l’intuition que les récits transmédiatiques permettent de prolonger les mondes fictionnels1, comme l’a montré Henry Jenkins à propos de Matrix2, et approfondissent l’immersion dans un univers, l’étude présentée dans cet article sur les usages des spectateurs de séries télévisées vise à comprendre comment les amateurs − et non les fans − consomment ces récits et en exploitent les potentialités. Cinquante-cinq personnes, principalement des étudiants en Communication de l’université catholique de Louvain, ont été interrogées lors d’entretiens semidirectifs dont les résultats, développés dans cette synthèse, ont été analysés thématiquement et qualitativement.
Claire Cornillon, postdoctorante à l’Université du Havre, travaille sur la sérialité et la transmédialité et dirige le projet « Narrations sérielles et Transmédialité ». Aujourd’hui, la notion d’univers fictionnel est au centre des préoccupations. Il ne s’agit plus seulement de raconter une histoire mais de construire un monde duquel émergeront de nombreux récits et personnages. La multiplication des supports (livres, séries télévisées, films, jeux vidéo, jeux de plateaux, cartes, jeux de rôles, etc.) et l’importance d’internet impliquent des modifications dans la narration mais aussi dans le rapport à la fiction. Pour le jeune lecteur habitué aux écrans, il est aisé de passer d’un médium à l’autre pour puiser le contenu qu’il recherche dans la diversité de l’offre. Dès lors, quelle interactivité se met en place entre le lecteur et l’oeuvre, et quel en est l’impact ? Comment définir une oeuvre ou un canon dans ce contexte ? Quels liens se tissent entre le réel et la fiction, lorsque la fiction envahit l’expérience du réel ? Quelles sont les conséquences de ces nouvelles configurations par rapport à l’expérience du lecteur/spectateur, et en particulier de l’adolescent ?
Claire Chatelet, maître de Conférences en audiovisuel et médias numériques et responsable de la Licence professionnelle concepteur audiovisuel et nouveaux médias, Université Paul-Valéry de Montpellier. Dans notre société « connexionniste », le web 2.0 et les nouveaux écrans ont fait émerger des objets audiovisuels hybrides, et dans le même temps, diversifié les pratiques culturelles, qui obligent à repenser les modalités de la création et de la réception audiovisuelle.
Du livre numérique aux littératures numériques Point de vue de Nolwenn Tréhondart
Le livre numérique suscite l’engouement avec la démocratisation des dispositifs de lecture nomades et tactiles même s’il continue de susciter des craintes et des réticences. La lecture numérique est souvent vue comme une lecture fragmentaire, de zapping, associée au clic qui la transformerait en une activité purement ludique. Quatre acteurs engagés de l’édition numérique ont confronté et croisé leurs représentations de la lecture et du lecteur numérique, lors de cette table ronde animée par Nolwenn Tréhondart, doctorante en sciences de l’information et de la communication.
L’objectif est de permettre aux jeunes de créer un ebook dont ils inventent le scénario, les personnages, le cadre, rédigent et illustrent l’histoire, prévoient les animations numériques et enfin, lisent le texte à voix haute. Conçu pour se développer sur trois ans, le projet en est à sa deuxième année d’expérimentation. Cliquez ici pour accéder à l’action ado « Création d’un ebook » au collège Valmy.
Formes émergentes ou nouveaux modèles ? Table ronde. Modération par Sonia de Leusse-Le Guillou
L’édition numérique, un laboratoire d’expérimentations commerciales qui met en relief les codes du livres et  la mutation de l’objet-livre.
Quelques exemples de projets transmédiatiques – Léon Vivien, au cœur du quotidien d’un poilu, par le musée de la Grande Guerre du Pays de Meaux – Les expéditions imaginaires, par l’Agence régionale du livre PACA – GéoCulture, par le Centre régional du Livre en Limousin et l’Agence de Valorisation Economique et Culturelle (AVEC) du Limousin

Le e-dossier de la revue


0 Commentaire

This site is protected by wp-copyrightpro.com