Sommaire «Pourquoi les jeunes liraient-ils encore aujourd’hui ?»

LECTURE JEUNE 157 | MARS 2016

Edito par Sonia de Leusse-Le Guillou, directrice de Lecture Jeunesse

Cette année la revue s’ouvre sur de multiples changements.

   Sa maquette change. Elle s’aère, passe en couleurs, et prévoir des focus plus réguliers sur des projets de terrain, des livres portant sur un même thème, les nouvelles collections destinées aux jeunes. Ce qui ne change pas, en revanche, c’est que vous retrouverez toujours sur le site LectureJeunesse.org des interviews et des articles complémentaires.

   Le classement des critiques de livres change. Littératures de l’imaginaire ou du réel, livres de référence ou inclassables, c’est désormais à travers de grandes thématiques que vous vous orienterez dans l’actualité éditoriale vue par les membres de nos comités de  lecture. Car ce qui ne change pas, c’est que la rédaction réunit chaque mois ces professionnels du livre et de la médiation, dont vous verrez les livres retenus mais également ceux qu’ils écartent.

   La présidence de l’association change. Après plus d’une dizaine d’année à la tête de Lecture Jeunesse, Bernadette Seibel a cédé la place à Marie-Christine Ferrandon, pour poursuivre les recherches et les actions de l’association. Si les pratiques culturelles et numériques des jeunes se transforment, si les dispositifs ou les actions de Lecture Jeunesse évoluent, son objet ne change pas : il s’agit bien de développer la lecture et l’écriture des adolescents et des jeunes adultes. Mais face à une offre culturelle pléthorique, pourquoi liraient-ils encore aujourd’hui ?

   C’est le point du vue qui change, également, dans ce numéro avec ce titre volontairement provoquant qui ne manquera pas de faire réagir les lettrés et les convertis de la première heure à la lecture. Pourquoi les adolescents liraient-ils encore aujourd’hui ? Ils pourraient bien s’en passer ; les sollicitations ne manquent pas. Or on compte toujours des lecteurs dans une société mercantile qui mesure, quantifie, vérifie, que toute pratique a un bénéfice, que toute activité a une efficacité qui la légitime. La lecture est écartelée entre deux injonctions contradictoires : on exige des jeunes qu’ils lisent. Mais on dénigre toute activité qui ne leur permet pas de gagner directement une forme de capital (scolaire, social…) ; on leur interdit le vagabondage.

«  Et les mangas, vous les lisez pourquoi ?

– J’ai pas fait assez de philo pour pouvoir répondre à cette question.

Non franchement, c’est balèze ce que vous me demandez1  ».

 C’est « balèze » mais c’est bien ce que les actes de ce colloque vont essayer d’éclaircir. Les transformations considérables qui ont affecté les environnements culturel, technologiques et sociaux, des jeunes ne semblent pas avoir eu raison de la lecture des adolescents -l’abondance de la production éditoriale en témoigne par ailleurs. Pourquoi nombre d’adultes accordent-ils autant d’importance à cette pratique culturelle ? Pour quelles raisons s’est-elle imposée comme une injonction sociétale pour des jeunes qui doivent « lire » absolument? Pourquoi lire des livres, et particulièrement lire de la littérature, serait-il, encore de nos jours, essentiel ?

1_ C. Détrez, O. Vanhée, Les mangados : lire des mangas à l’adolescence, BPI, Etudes et recherches, 2012, p. 153
Ouverture par Bernadette Seibel

Bernadette Seibel, Docteur en sociologie de la culture (EHESS).

Bernadette Seibel a été chercheuse associée au CERCOM (EHESS Marseille), directrice scientifique de l’Observatoire France-Loisirs de la lecture, professeure associé des universités à l’Enssib (Ecole nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèques) et a assuré de nombreuses fonctions de conseil scientifique. Elle est devenue présidente d’honneur de Lecture Jeunesse en février 2016 après avoir présidé l’association depuis plus de dix ans.

Eric Nedelec, Coordonateur national de l’Agence Nationale de Lutte contre l’Illetrisme

Après avoir débuté sa carrière il y a 34 ans comme instituteur, il a ensuite pris des responsabilités dans un mouvement d’éducations populaire. Conseiller en formation continue, il a rejoint l’ANCLI en 2004, fort de ses expertises croisées sur les champs de l’éducation et de la formation. Il coordonne aujourd’hui le plan national et l’action territoriale de l’ANCLI, et assure le lien avec toutes les grands partenaires de l’ANCLI.

Les pratiques de lecture de des adolescents et des jeunes adultes Table ronde avec Anne Barrère et Christine Détrez

Agrégée de Lettres Modernes, docteur en sociologie, Anne Barrère est professeur des Universités au département de Sciences de l’éducation à l’Université Paris Descartes depuis 2008 où elle codirige depuis 3 ans l’axe 3 du Laboratoire CERLIS « Lien social et culturalisation »

Christine Détrez est agrégée de lettres classiques et docteur en sociologie. Maître de conférence à l’ENS de Lyon, elle travaille sur les problématiques liées à la sociologie des pratiques culturelles et à la sociologie du genre.

Anne Barrère, professeur en sciences de l’éducation et Christine Détrez, sociologue, nuancent quelques idées reçues sur la lecture des jeunes, puis analysent leurs pratiques culturelles qui témoignent d’un fort engagement et de la recherche d’une intensité toujours renouvelée.

''Capturer le lecteur'' les éditeurs et le segments des adolescents et des jeunes adultes Table ronde, avec Murielle Coueslan, Cécile Térouanne et Elisabeth Sébaounn
Table ronde avec : Murielle Coueslan, Directrice des éditions Rageot. Elisabeth Sébaoun, Directrice éditoriale de la fiction chez Bayard éditions jeunesse. Cécile Térouanne, Directrice du département Hachette Romans / Livre de Poche Jeunesse.
Pour une approche esthétique de la lecture Analyse de Jean-Marie Schaeffer

Jean-Marie Schaeffer, Directeur d’études à l’EHESS et directeur de recherche au CNRS est spécialiste d’esthétique philosophique et de théorie des arts.

Quel est l'intérêt de la lecture de fiction pour les adolescents ? Table ronde avec Virginie Durant et Caroline Jacotin-Courcoux

Table Ronde modérée par Louise Tourret, productrice et animatrice de l’émission « Rue des Ecoles » sur France Culture.

Virginie Dumont, psychologue responsable pédagogique de l’association « je.tu.il… », auteur.

Caroline Jacotin-Courcoux, Responsable de la médiathèque et des événements culturels de la maison de Solenn.

Caroline Jacotin-Courcoux et Virginie Dumont échangent sur le rôle de le lecture dans la construction de soi. Alors que Caroline Jacotin-Courcoux expose la dimension thérapeutique que peut prendre le livre, notamment auprès des jeunes avec lesquels elle travaille, Virginie Dumont insiste, quand à elle, sur le multiplicité des réponse que la lecture peut apporter aux questions que se posent les adolescents.

« Le lecteur voit se transformer le réel » Entretien avec Christine Cannard avec Sonia de Leusse-le-Guillou

Christine Cannard , Psychologue clinicienne devient ingénieur de recherche INSERM à la fin de son DEA. Elle rejoint douze ans plus tard le Laboratoire de Psychologie et Neuro-Cognition à Grenoble (CNRS) où elle travaille au sein de l’équipe des psychologues du développement.

Suite aux attentats, Christine Cannard n’avait pas pu participer au colloque le 19 novembre. Dans un entretien avec Sonia de Leusse-Le guillou, elle rebondit sur les propos tenus ce jour-là et apporte son éclairage sur le rôle de la lecture dans la construction identitaire des jeunes. « Qui suis-je ? », « Que suis-je ? » et « Qu’est-ce-que je vaux ? » sont les grandes interrogations des adolescents, auxquelles les livres peuvent apporter des réponses.

Né en 1975, Martin Page est l’auteur de La disparition de Paris et sa renaissance en Afrique, de La mauvaise habitude d’être soi (avec Q. Faucombré) et de L’apiculture  selon Samuel Beckett. Il écrit également pour la jeunesse (Conversation avec un gâteau au chocolat, avec A. Picault, Je suis un tremblement de terre, Le zoo des légumes, Plus tard je serai moi). Ce témoignage a été rédigé et envoyé après le colloque.
Points de vue de la création, de l'enseignement, de l'anthropologie Table ronde avec Martin Page, Michèle Petit et Anne Vibert

Table Ronde modérée par Louise Tourret, Productrice et animatrice de l’émission « Rue des Ecoles » sur France Culture.

Martin Page, Ecrivain.

Michèle Petit, anthropologue, ingénieur de rechercher honoraire au CNRS, membre du conseil d’administration de Lecture Jeunesse.

Anne Vibert, Inspectrice générale de l’Education nationale, chercheuse associée à l’équipe Litt&Arts, à l’université Grenoble-Alpes.

Martin Page, Michèle Petit et Anne Vibert échangent sur les modes de transmissions de la lecture. Anne Vibert aborde la complexité des dispositifs pédagogiques, éclairée par les observation de multiples expériences de médiation à l’étranger de Michèle Petit et le témoignage de Martin Page qui, en tant qu’auteur, incite les jeunes  à lire, mais surtout à écrire.

En guise de conclusion... par Sonia de Leusse-le-Guillou

Par Sonia de-Leusse-le-Guillou, Directrice de Lecture Jeunesse et de la rédaction de Lecture Jeune.

Le e-dossier de la revue


    0 Commentaire

    This site is protected by wp-copyrightpro.com