Chihayafuru, T.1 et T.2

Yuki Suetsugu
Coup de ♥ 2013
 
Ce manga sur le karuta − jeu de cartes basé sur la mémorisation de poèmes classiques japonais – décrit le parcours de Chihaya Ayase, de sa découverte du jeu jusqu’à sa participation à de grandes compétitions. Long flash-back, le premier tome relate l’histoire de Chihaya à l’école primaire, alors qu’elle ne manifeste pas d’intérêt particulier pour le karuta. L’arrivée d’un nouvel élève, Arata, lui permet de découvrir ce jeu dans lequel elle se révèle incroyablement douée. Dès lors, elle décide de devenir la meilleure joueuse mondiale. L’originalité de Chihayafuru réside évidemment dans son sujet, mais se retrouve également dans sa forme, mêlant habilement les codes du shōnen et du shōjo. Ce manga sportif − il y est question de compétition, d’entraînement et de stratégies − traduit bien la rapidité de jeu par le dynamisme de ses dessins. Le personnage principal y est une femme, élément remarquable compte tenu des rares héroïnes féminines rencontrées dans les mangas consacrés au sport. Cette jeune fille hors norme, dotée d’un caractère fort, ne se préoccupe pas de son apparence, ce qui est à l’origine de nombreux gags. Ces moments humoristiques allègent un peu le ton plus dramatique du deuxième volume.
 
Marylène Guarino
 
Réseau de lecture : Il existe peu de mangas sur l’univers des jeux de société japonais qui rencontrent pourtant un grand succès. Chihayafuru évoque, par bien des aspects, l’excellent shōnenHikaru no go (Tonkam, 2002-2006), consacré au jeu de go. Pour ceux qui voudraient s’initier au shōgi, autre jeu japonais, on peut recommander la lecture du seinen Kings of Shōgi (Pika, 2011-2013) qui, tout comme Chihayafuru, met en scène un personnage féminin.

0 Commentaire

This site is protected by wp-copyrightpro.com