La Couleur des sentiments

Kathryn Stockett

En 1962, à Jackson, Mississipi, trois femmes racontent leur vie. Aibileen et Minny sont noires et bonnes dans des familles blanches. Skeeter, jeune fille blanche, rejoint ses parents, propriétaires d’une plantation de coton, après quatre années d’université. Dans cette société conservatrice, la perspective de se marier et de mener la vie de ses amies, occupées par leurs toilettes, les invitations à prendre le thé et les parties de bridge, ne la tente guère. Elle voudrait devenir écrivain et parvient à convaincre les deux bonnes de témoigner de leur vie quotidienne au service des Blancs. Dans un contexte ségrégationniste, l’entreprise est dangereuse. Cependant, malgré la peur de perdre leur travail, de subir la violence du Ku Klux Klan, elles unissent leur courage et leur énergie pour rédiger ces témoignages bouleversants. Ce livre vaut par le choix d’une écriture en prise directe avec le quotidien des bonnes dans cette société blanche dominante et sûre de son bon droit. Presque entièrement dialogué, il restitue les humiliations racistes et les propos méprisants que doivent encaisser Aibileen et Minny mais aussi leur dévouement et leur amour pour ces enfants blancs dont elles ont la charge. Au-delà des péripéties et des multiples obstacles qui entravent leur projet, c’est toute une société qui est évoquée avec ses comportements, ses clivages, ses refus de remettre en cause un ordre qui assure le pouvoir de la bourgeoisie blanche. Ce livre est à conseiller vivement car il permet de comprendre comment s’est construit, et s’est maintenu, le racisme et combien il est difficile d’oser s’en libérer.

Colette Broutin

Lire dans la version pdf de la revue

0 Commentaire

This site is protected by wp-copyrightpro.com